Les dirigeants juifs russes et une agence israélienne spécialisée dans les services sociaux s’associent pour faire face au problème croissant des enfants juifs handicapés en Russie.

La signature le 14 septembre d’un accord de coopération entre Shalva et le Congrès juif russe suit une réforme de la santé datant de 2015 en Russie qui a interrompu les services de santé pour des centaines de milliers de personnes handicapées.

Le centre national Shalva à Jérusalem traite environ 2 000 enfants handicapés, ce qui en fait l’une des plus grandes institutions de son genre au Moyen-Orient.

Les délégations chargées de la mise en œuvre de la coopération avec le Congrès juif russe ont rendu visite à Shalva ces dernières semaines pour étudier ses méthodes. Shalva sera son partenaire pour la mise en œuvre du programme en Russie, ont déclaré les deux organisations dans une déclaration conjointe.

Le Congrès juif russe a déjà mis en place des programmes spéciaux pour environ 600 enfants russes handicapés, dont beaucoup sont issus de la communauté juive, ont déclaré les deux groupes dans une déclaration sur leur coopération.

« Shalva fait d’Israël un leader mondial dans le domaine des besoins spéciaux, et pour moi, il est très significatif de voir ce mouvement mondial issu de la sainte ville de Jérusalem », a déclaré Jan Piskunov, membre du conseil d’administration du Congrès juif.

Après la refonte des services de santé publiques russes, environ un demi-million de patients ont été privés de prestations d’invalidité. Les critiques affirment que les mesures nuisent aux citoyens les plus vulnérables du pays.

Le nombre de Russes officiellement reconnus comme handicapés est passé de près de 13 millions au début de l’année 2014 à 12,45 millions en septembre 2015.

Selon les cadres du Congrès juif russe, l’infrastructure de la Russie des services pour les personnes handicapées « fait énormément défaut » même pour ceux qui ont droit à des prestations, en particulier dans les domaines de l’intervention précoce et du soutien familial.

En 25 ans, les professionnels de Shalva — le nom de l’organisation signifie « sérénité » en hébreu — ont développé et perfectionné de nombreux outils et techniques professionnelles, a déclaré Avi Samuels, le président de l’institution.