JERUSALEM – L’Agence juive en Israël a organisé une cérémonie de Yom HaZikaron sur la place où se situe son siège à Jérusalem aujourd’hui.

La cérémonie a commémoré les victimes d’attaques antisémites en dehors d’Israël ainsi que les soldats israéliens morts au combat et les victimes d’attentats terroristes en Israël. C’est la seule cérémonie annuelle consacrée aux victimes sur le sol et en dehors du sol israélien.

La cérémonie commémorative de cette année s’est concentrée sur les violentes attaques antisémites qui ont eu lieu plus tôt cette année au supermarché Hyper Cacher à Paris et la Grande Synagogue de Copenhague. Elle a commémoré les victimes de Paris Phillipe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, et François-Michel Saada, et la victime de Copenhague Dan Uzan.

Parmi les membres de la famille qui ont assisté à cette cérémonie, il y avait Valérie Braham, la veuve de Philippe Braham, la veuve de François-Michel Saada, Laurence, sa fille Emilie, et son frère Serge, ainsi que Sergeot (Mordekhai) et Bodil Uzan, les parents de Dan Uzan.

Natan Sharansky, le président de l’exécutif de l’Agence juive pour Israël, a déclaré lors de la cérémonie :
« Nous avons découvert que le champ de bataille ne situe pas aux frontières d’Israël, mais dans toutes les villes d’Israël, et nous en outre découvert, une fois de plus, que le champ de bataille n’est pas seulement sur le sol israélien, mais dans chaque école juive et chaque synagogue, et même dans les supermarchés casher à travers le monde. Ce qui nous protège en Israël est une arme classique : la puissance de l’armée israélienne. Dans la diaspora, ce qui nous protège est une arme non conventionnelle: la solidarité du peuple juif ».

Valérie Braham, la veuve de Philippe Braham, a déclaré : « Mon mari Phillipe m’a été pris à moi et à nos enfants lors de l’attaque terroriste à l’Hyper Cacher en France. Il a été assassiné pour une raison : parce qu’il était juif.

La grande haine du peuple juif est entrée dans ma maison et a détruit ma famille. Il touche aussi chaque foyer et chaque famille du peuple juif. Aujourd’hui, nous ressentons tous la même douleur ».

Sergeot (Mardochée) Uzan, père de Dan Uzan, a déclaré : « Mon fils a été assassiné alors qu’il protégeait la communauté juive à la synagogue à Copenhague. Il croyait fermement à l’impératif moral d’être libre de tout préjugé. Son message était d’oser être bon. Mon espoir est que le monde démocratique s’unira vers ce noble objectif, et ce faisant, sera en mesure de vivre en paix ».

La cérémonie a été organisée par l’Agence juive pour Israël avec la participation de ses partenaires à l’Organisation sioniste mondiale (OSM), le Fonds national juif (KKL-FNJ), Keren Hayessod (KH-UIA), Les Fédérations juives d’Amérique du Nord (JFNA), et les Fédérations juives du Canada – UIA (UIAC).

L’ambassadeur de France Patrick Maisonnave, le chef adjoint de la mission Danoise, Signe Biering Nielsen, le président l’Agence Juive Natan Sharansky, le président OSM, Avraham Duvdevani, le directeur général du KH-UIA, Greg Masel, la directrice exécutive, Becky Caspi, de JFNA Israël, le président, Efi Stenzler, de KKL-FNJ, le directeur général de l’UIAC, Yossi Tanuri, le directeur général de l’Agence Juive, Alan Hoffmann, et le président du syndicat Jewish Agency Workers Hanan Mor ont participé à l’événement.

Selon les données de l’Agence Juive, quelque 200 Juifs ont été tués dans des attaques antisémites en dehors d’Israël depuis la création du pays en 1948.

Beaucoup de leurs noms sont inscrits sur une colonne commémorative qui s’élève sur la place près de l’immeuble qui accueille l’Agence Juive. Les noms des victimes Paris et de Copenhague ont été dévoilés lors de la cérémonie.