Le parti Shas va de l’avant avec son projet de loi qui interdirait les services religieux pluralistes sur la place du mur Occidental. Il a demandé que le projet de loi soit soumis à un vote ministériel dès dimanche.

Le projet de loi imposerait une peine de six mois de prison ou une amende de 10 000 shekels à quiconque tient un service religieux mixte ou des lectures de Torah par des femmes, ainsi qu’aux femmes portant un talith [châle de prières] ou des tefillins [phylactères] au mur Occidental, même dans les zones qui ne sont pas traditionnellement assignées à la prière.

Shas a demandé que le projet de loi soit présenté dimanche au vote de la commission des Lois, qui a décidé de la politique gouvernementale sur les projets de législation et peut accorder le soutien de la coalition à une mesure. Le parti attendrait que d’autres membres de la coalition soutiennent son projet de loi.

« Nous soutenons une hausse des impôts sur le troisième bien immobilier, l’interdiction des [utilisations de haut-parleurs lors des] appels du muezzin et d’autres lois parce que c’est important pour nos partenaires de la coalition. Nous attendons leur soutien sur ce [projet] même si ce n’est pas leur préférence », a déclaré une source interne au parti au site d’information Walla.

Moshe Kahlon, à gauche, et Avigdor Liberman, à la Knesset, le 18 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Moshe Kahlon, à gauche, et Avigdor Liberman, à la Knesset, le 18 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Même s’il a le soutien de quelques députés du Likud et de HaBayit HaYehudi, Netanyahu et Naftali Bennett, ministre de l’Education et président du parti HaBayit HaYehudi, ainsi que des ministres et des députés moins religieux de la coalition, dont les partis Koulanou et Yisrael Beytenu, s’opposeront probablement au projet de loi du Shas sur le mur Occidental.

D’autre part, le grand rabbinat présentera vendredi une pétition au procureur général Avichai Mandelblit, dans laquelle il affirme que la haute cour n’a pas de juridiction sur le mur Occidental, a annoncé jeudi la radio militaire.

Selon l’avis du conseiller juridique du grand rabbinat, Harel Goldberg, les cours ne peuvent prendre aucune décision relative aux « lieux saints » en raison d’une loi de 1922 du Mandat britannique. Goldberg affirme que la loi est toujours contraignante, car elle n’a jamais été abrogée ou annulée par une législation de la Knesset.