Un avocat arabe spécialiste des droits de l’Homme et trois collègues palestiniens ont été arrêtés au mois de février pour avoir transmis des messages du Hamas à des détenus emprisonnés en Israël.

Ils sont également accusés d’avoir relayé des informations entre les dirigeants du Hamas en Cisjordanie, à Gaza et à l’étranger, a déclaré lundi le Shin Bet, les services de renseignements israéliens.

Il s’agit de la seconde affaire mise en lumière ce mois-ci dans laquelle des avocats auraient profité de la loi sur la confidentialité entre avocats et clients afin de relayer des messages entre prisonniers.

Le Shin Bet affirme détenir des preuves attestant que les suspects ont reçu des directives écrites de la part de prisonniers du Hamas incarcérés en Israël.

« De leur propre aveu, les activités du quatuor ont été grassement récompensées par la direction du Hamas à Gaza », affirme le Shin Bet dans un communiqué.

De l'argent trouvé en la possession de Muhammad Abed, l'avocat israélien (Crédit : Autorisation du Shin Bet)

De l’argent trouvé en la possession de Muhammad Abed, l’avocat israélien (Crédit : Autorisation du Shin Bet)

« L’exploitation cynique faite par les organisations terroristes d’une politique qui respecte les droits juridiques des prisonniers est particulièrement troublante à la lumière de la hausse des activités terroristes en provenance de Cisjordanie et, en particulier, de                   l’accroissement du nombre de plans pour mener à bien une opération d’enlèvement visant à libérer des prisonniers », a déclaré le Shin Bet.

L’identité des quatre avocats arrêtés a été révélée.

Fares Abu Hassan, le directeur de la Fondation de solidarité aux droits de l'Homme (Crédit : Autorisation du Shin Bet)

Fares Abu Hassan, le directeur de la Fondation de solidarité aux droits de l’Homme (Crédit : Autorisation du Shin Bet)

 

Il s’agit de Fares Abu Hassan, à la tête de la Fondation Solidarité pour les droits de l’Homme à Naplouse (SFHR) ; Muhammad Abed, un avocat israélien du village de Baaneh, en Galilée, qui collabore avec Abou Hassan et est en charge des travaux de l’organisation dans les prisons israéliennes.

Ahmad Bitawi, un avocat de SFHR de Naplouse en charge des liens de l’organisation avec la bande de Gaza ; et Oussama Makbul, également de Naplouse, qui travaille pour SFHR et représente des clients palestiniens dans les tribunaux militaires israéliens.