L’agence de sécurité du Shin Bet a déclaré jeudi que l’homme soudanais tué pendant qu’il menait récemment une attaque au couteau avait été influencé par le groupe radical Etat islamique (EI).

Kamel Hassan Mohammed, 32 ans, avait poignardé et légèrement blessé en début de mois un soldat de 20 ans près de la station de bus d’Ashkelon avant de fuir la scène.

Un autre soldat qui avait été témoin de l’attaque l’avait poursuivi et avait abattu Hassan quand celui-ci avait ignoré ses appels à s’arrêter.

Mohammed avait été emmené à l’hôpital dans un état sérieux puis déclaré mort.

Le Shin Bet a déclaré que l’enquête sur l’incident, menée en coordination avec la police israélienne, a conclu que l’attaque avait été inspirée par les actions brutales du groupe terroriste EI.

« Entre autres choses, est-il écrit dans un communiqué, il a été découvert que Hassan était un musulman pieux et avait des photos d’agents de l’EI du monde entier dans son téléphone. »

Les médias palestiniens avaient au moment de l’attaque identifié Hassan comme un « martyr », un terme habituellement réservé aux Palestiniens tués dans le conflit avec Israël.

Contrairement à beaucoup des attaques menées par des assaillants palestiniens pendant les troubles dans tout le pays et la Cisjordanie ces derniers mois, la police n’a pas annoncé officiellement de motif pour l’attaque au couteau.

Des représentants de la communauté soudanaise ont déclaré qu’il souffrait de problèmes de santé mentale non traités, et n’était pas un terroriste.

Vingt-neuf Israéliens et trois ressortissants étrangers ont été tués pendant la vague de terrorisme palestinien et de violence depuis octobre, pendant laquelle près de 170 Palestiniens ont également été tués, dont les deux tiers pendant qu’ils attaquaient des Israéliens, et les autres pendant des affrontements avec les soldats, selon l’armée israélienne.

Des ressortissants étrangers n’avaient encore jamais participé à de telles attaques.

Mohammed était entré illégalement en Israël en 2008. Il avait été arrêté par des policiers et emmené au centre de détention semi-ouvert de Holot en avril 2014.

Des détenus à l'entrée de Holot (Crédit : Nehama Shimnovic)

Des détenus à l’entrée de Holot (Crédit : Nehama Shimnovic)

Le Shin Bet a déclaré qu’il s’était échappé de Holot quelques mois après et avaient vécu dans les villes d’Ashdod et Ashkelon.

Un grand nombre d’immigrants illégaux sont arrivés en Israël depuis le Soudan via la péninsule égyptienne du Sinaï. Les chiffres officiels montrent que 45 000 immigrants sont en Israël, presque tous originaires de l’Erythrée et du Soudan. Environ deux tiers sont érythréens.

En octobre, un travailleur migrant érythréen qui avait été confondu avec un attaquant arabe était mort après avoir été blessé par arme à feu et brutalement battu à une station du bus de Beer Sheva, dans le sud du pays.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.