Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu mardi que si le Hamas palestinien rejetait la trêve proposée par l’Egypte et poursuivait ses tirs de roquettes, l’armée israélienne élargirait ses opérations dans la bande de Gaza.

« Si le Hamas n’accepte pas la proposition égyptienne, comme c’est le cas actuellement, Israël aura toute la légitimité internationale pour élargir ses opérations militaires afin de ramener le calme nécessaire », a affirmé M. Netanyahu lors d’une rencontre, retransmise à la télévision, avec le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier au ministère de la Défense à Tel Aviv.

« Durant une semaine nous avons frappé le Hamas et les autres organisations terroristes de façon très dure. Nous avons fait échec aux tentatives d’attaquer la population israélienne », a ajouté le Premier ministre.

« Nous avons répondu à la proposition égyptienne pour fournir une occasion de traiter de la démilitarisation de la bande de Gaza », a ajouté Benjamin Netanyahu en faisant allusion aux « missiles, aux roquettes et aux tunnels » dont dispose le Hamas dans l’enclave palestinienne.

Le cabinet de sécurité israélien avait auparavant voté en faveur d’une initiative de cessez-le-feu proposée par l’Egypte, prévoyant l’entrée en vigueur d’une trêve à compter de 06H00 GMT mardi, après des frappes à Gaza qui ont fait 192 morts et 1 300 blessés en huit jours, en majorité des civils.

Le Hamas, qui contrôle l’enclave palestinienne, a pour sa part rejeté toute trêve.

Une roquette tirée de Gaza a atteint mardi la ville israélienne d’Ashdod, selon la police. Il s’agit du premier projectile à toucher une zone peuplée depuis qu’Israël a accepté la proposition égyptienne.

Le tir a été revendiqué par la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, annonçant sur ses pages dans les réseaux sociaux avoir lancé « huit roquettes Grad sur (la ville) occupée d’Ashdod » .

Le ministre allemand a pour sa part souligné que « les portes vers un cessez-le-feu sont désormais grand ouvertes », soulignant par ailleurs que Gaza « ne doit pas dans la durée se transformer en entrepôt d’armes pour le Hamas ».