Le Saint-Siège et « l’Etat de Palestine » vont signer vendredi au Vatican l’accord récemment conclu sur les droits de l’Eglise catholique dans les Territoires palestiniens, a déclaré jeudi un porte-parole du Saint-Siège.

Le texte de cet accord sans précédent, dont la mise au point par une commission bilatérale avait été achevée le 13 mai après 15 ans de négociations, a été soumis aux autorités respectives avant sa signature.

La signature est prévue vers 10H30 au Vatican, qui sera représenté par son secrétaire pour les relations avec les Etats (ministre des Affaires étrangères), l’évêque britannique Paul Richard Gallagher.

Même si le Vatican parle d' »Etat de Palestine » depuis début 2013, à la suite du vote de l’ONU, les Palestiniens estiment que cette signature équivaudra à « une reconnaissance de facto » de leur Etat.

L’accord exprime le soutien du Vatican à une solution « du conflit entre Israéliens et Palestiniens dans le cadre de la formule de deux Etats », avait expliqué en mai Mgr Antoine Camilleri, chef de la délégation du Saint-Siège, dans un entretien à l’Osservatore Romano.

Pour l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), cet accord fait du Vatican le 136e pays à avoir reconnu l’Etat de Palestine.

Pour Israël, « une telle décision ne fait pas avancer le processus de paix et éloigne la direction palestinienne de la table des négociations bilatérales ».

Le Saint-Siège, qui a des relations diplomatiques avec Israël depuis 1993, négocie depuis 1999 un accord sur les droits juridiques et patrimoniaux des congrégations catholiques dans l’Etat hébreu. Mais chaque rencontre semestrielle se solde par un échec.