Le ministre israélien de l’Energie Sylvan Shalom, candidat probable à la succession du président Shimon Peres en juin, a été interrogé mardi par la police, étant accusé de délit sexuel sur une ancienne collaboratrice, a-t-on appris auprès de la police.

Le ministre « a présenté sa version des faits pendant deux heures aux policiers », a déclaré à l’AFP le porte-parole Micky Rosenfeld, en soulignant que l’affaire était « compliquée ».

La victime présumée, qui a travaillé sous les ordres de Shalom, a déposé plainte.

L’affaire a eu un énorme retentissement en Israël, les médias rappelant le précédent créé par l’ancien président Moshé Katzav, qui purge depuis décembre 2011 une peine de prison pour viols.

Les faits dénoncés remontent à 1999, lorsque Shalom était ministre des Sciences.

Dans un témoignage à la radio militaire, cette ancienne collaboratrice, dont l’identité n’a pas été révélée, a raconté que le ministre lui avait fait des avances après lui avoir demandé de lui porter des documents dans sa chambre d’hôtel à Jérusalem.

Le ministre, dénudé, lui a ensuite demandé de lui faire une fellation, selon son récit. Elle a expliqué avoir refusé dans un premier temps, avant finalement d’avoir dû y consentir. Elle a cependant nié avoir eu une liaison avec M. Shalom.

Le ministre est à l’abri de poursuites judiciaires en raison de la prescription fixée à 10 ans pour ce type de faits en Israël.

Mais la police a enregistré la plainte au cas où d’autres femmes auraient elles aussi été victimes d’actes similaires plus récents de la part de Silvan Shalom, qui clame son innocence, ont précisé les médias.

La décision de la police et du bureau du procureur sur les suites à donner à cette affaire devrait être annoncée d’ici la fin de la semaine.

La radio militaire avait annoncé avoir reçu lundi « plusieurs témoignages » de femmes affirmant avoir été victimes d’agressions sexuelles de la part de Sylvan Shalom. Mais le porte-parole de la police a indiqué qu’aucune plainte n’avait été déposée.

Cette affaire tombe très mal pour le ministre de l’Energie, alors que la Knesset doit élire le successeur du président Shimon Peres, dont le mandat expire le 14 juin.

M. Shalom, membre du parti Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, n’avait pas officiellement présenté sa candidature mais était sur le point de l’annoncer, selon les médias.