Simulation d’attaque chimique à l’ambassade d’Israël de Londres
Rechercher
Un exercice prévu longtemps avant l'annonce de Trump sur Jérusalem

Simulation d’attaque chimique à l’ambassade d’Israël de Londres

La police métropolitaine, les pompiers et les secouristes ont participé à un exercice de grande ampleur pour faire face aux "substances toxiques"

Les services d'urgence britanniques font une simulation d'attaque chimique à l'ambassade israélienne de Londres, le 10 décembre 2017 (Capture d'écran : Daily Mail)
Les services d'urgence britanniques font une simulation d'attaque chimique à l'ambassade israélienne de Londres, le 10 décembre 2017 (Capture d'écran : Daily Mail)

Lors d’une journée humide et neigeuse à Londres, les services d’urgence ont réalisé dimanche un important exercice dans une partie de l’ambassade israélienne au Royaume-Uni. C’est la première simulation du genre dans une ambassade étrangère.

La police, les pompiers et les personnels médicaux ont pris part à cet exercice qui avait été programmé bien à l’avance par les responsables et n’a aucun lien avec les manifestations dans le monde entier qui ont suivi la déclaration du président américain Donald Trump sur Jérusalem capitale d’Israël, a fait savoir le Guardian.

Environ 50 policiers réservistes ont joué le rôle de « victimes touchées par des substances toxiques » et de personnel de l’ambassade, même si aucun parmi ces derniers n’était présent.

« C’était un exercice impliquant les services d’urgence, et la raison pour laquelle ils ont participé est de voir comment ils peuvent s’impliquer en lien avec les autres services dans ce genre d’événement, et s’il y a des choses à améliorer à l’avenir », a expliqué un porte-parole de la police métropolitaine de Londres.

Les pompiers de Londres ont utilisé Twitter pour avertir le public de ne pas s’inquiéter, s’agissant d’une simulation.

Le chef de la police de protection parlementaire et diplomatique a ajouté que « c’est la première fois que nous avons pu mener un exercice en direct à l’intérieur d’une ambassade étrangère ; l’expérience et l’apprentissage que nous en avons tirés sont inestimables ».

Il a noté que c’était une opportunité pour se préparer à la gestion des attaques chimiques.

Les services d’urgence britanniques font une simulation d’attaque chimique à l’ambassade israélienne de Londres, le 10 décembre 2017 (Capture d’écran : Daily Mail)

« Cela a également testé notre réponse conjointe dans la gestion d’une substance toxique, ce qui est important car cela aidera les agents de police et le personnel à être mieux préparés si nous devions relever ce défi à l’avenir et dans la réalité », a-t-il dit.

Il a néanmoins indiqué que l’événement avait été planifié il y a longtemps et qu’il n’avait rien à voir avec l’annonce de Trump et les manifestations qui ont suivi.

« Je dois toutefois souligner que l’exercice, qui a été planifié depuis plusieurs mois, n’a pas été décidé avec une menace spécifique à l’esprit, que ce soit en termes d’élément toxique ou du lieu », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...