Nouveau sondage ADL décèle un déclin dramatique dans les attitudes antisémites en France ; des baisses importantes en Allemagne et en Belgique

NEW YORK, 30 juin 2015 /PRNewswire/ — À la suite de la violence choquante contre les Juifs en Europe occidentale l’an dernier, le niveau des attitudes antisémites dans la population générale en France a manifesté un déclin dramatique, tandis que l’Allemagne et la Belgique ont enregistré des réductions importantes, selon un nouveau sondage de l’Anti-Defamation League (ADL) publié aujourd’hui.

Le sondage ADL auprès d’adultes dans 19 pays, mis sur le terrain du 10 mars au 3 avril 2015, a décelé peu de changement dans les niveaux des attitudes antisémites dans la plupart des pays par rapport à il y a un an, lorsque la League a sondé 102 pays lors d’une enquête révolutionnaire à l’échelle mondiale sur l’antisémitisme, l’ADL Global 100 Index.

La différence la plus prononcée a été découverte en France – scène des horribles attentats plus tôt cette année visant les Juifs et les journalistes – où le nombre de personnes exprimant des attitudes antisémites ont chuté de 37 % en 2014 à 17 % en 2015. L’Allemagne a de même connu un déclin de 27 % à 16 % et la Belgique de 27 % à 21 %. L’ADL a sondé 500 enquêtés supplémentaires dans chacun de ces trois pays pour confirmer les déclins globaux des attitudes antisémites.

Pour la première fois, le sondage ADL a mesuré les attitudes des musulmans envers les Juifs dans six pays d’Europe occidentale, concluant que l’acceptation de stéréotypes antisémites par les musulmans en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni était sensiblement plus élevée que dans la population nationale dans chaque pays.

« Après les récents assassinats de Juifs en Belgique et en France et les attaques contre des synagogues en Allemagne, nous avons décidé d’examiner l’impact sur les attitudes antisémites dans la population nationale suite à la violence de haute visibilité contre les Juifs et les condamnations par les dirigeants européens », a déclaré Abraham H. Foxman, directeur national de l’ADL.

« Le sondage a révélé une augmentation marquée dans les inquiétudes concernant la violence contre les Juifs dans ces trois pays. Les résultats indiquent qu’une sensibilisation de la violence contre les Juifs favorise un sentiment de solidarité auprès de la communauté juive et qu’une condamnation ferme par les dirigeants politiques et civiques rend l’expression de l’antisémitisme moins acceptable. L’ADL Global 100 Index est l’indice de référence des attitudes antisémites dans le monde entier et nous prévoyons de continuer le sondage périodiquement pour mesurer les changements et l’effet des événements sur les attitudes antijuives ».

Dans le suivi de 2015 à son sondage révolutionnaire inaugural Global 100 Index, publié l’an dernier, l’ADL a sondé 10 000 adultes sur leurs attitudes et leurs opinions envers les Juifs dans 19 pays, dont neuf pays en Europe occidentale et six pays d’Europe orientale.

Le sondage comprend également de nouvelles découvertes pour l’Argentine, les États-Unis, l’Iran et la Turquie. La marge d’erreur est de +/- 4,4 % dans tous les pays, sauf les États-Unis, où la marge d’erreur était de +/- 3,2 %.

Les personnes interrogées, qui ont répondu « probablement vrai » à au moins six stéréotypes négatifs sur 11 à propos des Juifs, ont été jugées comme détenant des attitudes antisémites. L’indice comportant 11 questions a été utilisé par l’ADL comme paramètre principal pour mesurer les attitudes antisémites aux États-Unis depuis 50 ans.

Parmi certaines conclusions précises du sondage 2015 de l’ADL en Europe :

Par rapport au sondage 2014, les inquiétudes au sujet de la violence contre les Juifs a augmenté de 20 % en France, de 31 % en Belgique et de 33 % en Allemagne.

En France, en Allemagne et en Belgique, une grande majorité a exprimé sa solidarité auprès des victimes juives de la violence. Lorsqu’on leur a demandé si « la violence contre les Juifs dans ce pays affecte tout le monde et constitue une attaque contre notre mode de vie », 77 % étaient d’accord en France, 68 % en Belgique et 78 % en Allemagne.

La majorité des personnes (69 %) en France était d’accord que « récemment, le gouvernement de mon pays a été plus actif pour faire face à des expressions de sentiment antijuif ».

La Grèce continue de manifester des niveaux extrêmement élevés d’antisémitisme, recensant nettement plus élevée que tout autre pays européen. En Grèce, on a constaté que 67 % de la population nourrissaient des attitudes antisémites (essentiellement inchangés de 69 % en 2014).

Le sondage 2015 a signalé des augmentations dans les points de vue antisémites au-delà de la marge d’erreur en Roumanie (47 % en 2015, en hausse contre 35 %), en Italie (29 % en 2015, en hausse contre 20 %) et en Hollande (11 % en 2015, en hausse contre 5 %).

Les diminutions des points de vue antisémites ont été constatées en Pologne (37 % en 2015, en baisse contre 45 %), en Russie (23 % en 2015, en baisse contre 30 %) et en Ukraine (32 % en 2015, en baisse contre 38 %).

Les nouveaux résultats sur l’antisémitisme chez les musulmans européens 

Pour la première fois, le sondage ADL a mesuré les attitudes des musulmans en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. Une moyenne de 55 % des musulmans d’Europe occidentale nourrissaient des attitudes antisémites.

L’acceptation des stéréotypes antisémites par des musulmans dans ces pays était sensiblement plus élevée que dans la population nationale dans chaque pays, bien qu’inférieur aux chiffres correspondants de 75 % en 2014 pour les musulmans dans le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA).

Des entrevues ont été menées dans ces régions avec des populations musulmanes importantes dans chaque pays. La marge d’erreur pour les musulmans dans chaque pays est de +/- 9,8 % et de +/- 4 % pour le suréchantillonnage musulman combiné de l’Europe occidentale pour ces six pays.

Plus répandue était la croyance que « les Juifs ont trop de pouvoir sur les marchés financiers internationaux » – un canard antijuif confirmée par 70 % des musulmans d’Europe occidentale.

Sur la plupart des déclarations axées sur la conspiration, des centaines de musulmans européens et de la région MENA ont manifesté peu de différences. Sur les déclarations négatives à propos du caractère juif, par exemple « les gens détestent les Juifs en raison de la façon dont ils se comportent » et « les Juifs pensent qu’ils sont meilleurs que d’autres personnes », les musulmans européens ont recensé sensiblement inférieur à ceux de la région MENA.

Les scores indiciels de l’antisémitisme étaient extrêmement élevés pour les musulmans à travers les six pays européens échantillonnés, avec le niveau le plus bas enregistré en France :

– Belgique : 68 % des musulmans nourrissent des attitudes antisémites, contre 21 % dans l’ensemble ;
– Espagne : 62 %, contre 29 % dans l’ensemble ;
– Allemagne : 56 %, contre 16 % percent dans l’ensemble ;
– Italie : 56 %, contre 29 % dans l’ensemble ;
– Royaume-Uni : 54 %, contre 12 % dans l’ensemble ;
– France : 49 %, contre 17 % dans l’ensemble.

L’ADL a chargé First International Resources de mettre à jour le sondage ADL Global 100 des attitudes et des opinions envers les Juifs. Le travail sur le terrain et la collecte des données pour ce projet d’opinion mondiale ont été menés et coordonnés par l’Anzalone Liszt Grove Research.

Le sondage ADL Global 100 a été rendu possible par une subvention généreuse du philanthrope new yorkais, Leonard Stern.

Fondée en 1913, l’Anti-Defamation League est la première organisation dans le monde qui lutte contre l’antisémitisme grâce à des programmes et à des services qui font échec à la haine, aux préjugés et à l’intolérance.