Le parti travailliste pourrait devenir le premier parti du Parlement israélien aux législatives anticipées de mars s’il s’alliait avec le parti de centre-gauche de Tzipi Livni, selon un sondage publié mardi au lendemain de la dissolution.

Une liste commune entre le parti travailliste mené par Yitzhak Herzog et HaTnua de Tzipi Livni, la ministre de la Justice limogée la semaine dernière, obtiendrait 23 sièges, selon le sondage commissionné par la chaîne de la Knesset (parlement) et publié sur le site internet de Maariv.

Elle devancerait le Likud, le parti de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, crédité de 21 sièges.

Ce sondage est le deuxième consécutif à placer en tête une liste commune Travaillistes/HaTnuah, actuellement en cours de discussion entre Mme Livni et M. Herzog, selon les médias.

Ces derniers font également état de contacts entre la chef de file de Hatnuah et Yaïr Lapid, chef du parti de centre-droit Yesh Atid, limogé lui aussi de son poste de ministre (Finances) la semaine dernière par M. Netanyahu.

Une alliance entre le parti travailliste et HaTnuah serait électoralement porteuse car s’ils se présentaient seuls, le parti travailliste n’obtiendrait que 17 sièges et la formation de Mme Livni n’atteindrait pas le nombre de sièges requis pour être représentée à la Knesset, indique le sondage.

Le succès d’une possible liste de centre-gauche n’empêcherait cependant pas M. Netanyahu de former une coalition de droite avec les partis nationalistes et ultra-orthodoxes, selon les projections du sondage.

Les députés ont voté lundi soir la dissolution du Parlement, ouvrant la voie à la tenue d’élections anticipées le 17 mars, soit plus de deux ans avant le terme prévu de l’actuelle législature.

Netanyahu espère remporter un quatrième mandat après avoir limogé ses ministres centristes, qu’il a accusés de l’empêcher, par leurs critiques, de « diriger le pays ».