Une majorité écrasante de Palestiniens pensent que le Hamas a gagné contre Israël lors du récent conflit de Gaza, et veut que les tirs de roquettes se poursuivent si Israël ne lève pas le blocus sur Gaza, révèle un nouveau sondage palestinien.

Selon les données collectées entre le 26 et le 30 août par le Palestinian Center for Policy and Survey Research (PSR) [le centre palestinien pour la politique et les enquêtes] de Ramallah et dirigé par le sondeur Khalil Shikaki, 79 % des Palestiniens interrogés de Gaza et de Cisjordanie ont déclaré que le Hamas a vaincu Israël.

Seuls 3 % des Palestiniens ont affirmé qu’Israël avait gagné. Une majorité similaire pense qu’Israël est à l’origine de la guerre.

Ce sondage est en contradiction totale avec les prédictions des hauts-responsables militaires pendant l’opération Bordure protectrice.

En effet, ils pensaient que la population se retournerait contre le Hamas à cause de la destruction importante de Gaza. Mais contre toute attente, 94 % des sondés se déclarent satisfaits des performances du Hamas pendant la confrontation avec l’armée israélienne et 78 % sont contents de la manière dont l’organisation a défendu la population civile de Gaza.

Sur les 1 270 adultes interrogés, 86 % affirment qu’ils soutiennent la poursuite des tirs de roquettes contre Israël tant que le blocus de Gaza est en vigueur.

Lorsqu’on leur a demandé s’ils soutiendraient la transposition du modèle de résistance armée du Hamas en Cisjordanie, 74 % des sondés de Gaza et 70 % interrogés de Cisjordanie ont répondu « oui ».

Selon le PSR, les réponses données montrent la plus importante évolution de l’opinion publique palestinienne envers le Hamas depuis que le mouvement islamique a gagné les élections menées sous surveillance internationale de 2006.

Ce changement se voit notamment lorsque l’on compare la cote d’approbation du Hamas et de ses leaders à celle de l’Autorité palestinienne.

Le Hamas a 88 % d’opinion positive pour sa performance pendant la guerre, et son chef politique Khaled Meshaal a obtenu 78 % d’opinions positives.

La cote de l’Autorité palestinienne a significativement baissé, avec juste 36 % d’opinions positives. Ses leaders, le président Mahmoud Abbas et le Premier ministre Rami Hamdallah ont reçu, respectivement, 39 % et 35 % d’opinions positives.

Rami Hamdallah (Crédit : CC BY Bundesministerium für Europa, Integration und Äusseres/Flickr)

Rami Hamdallah (Crédit : CC BY Bundesministerium für Europa, Integration und Äusseres/Flickr)

Paradoxalement, et ce qui peut être inquiétant pour Israël, le Hamas a un soutien plus important dans la région contrôlée par l’AP que dans la bande de Gaza.

D’après le sondage, si des élections se tenaient aujourd’hui, l’ancien Premier ministre du Hamas Ismael Haniyeh pourrait facilement battre Abbas avec 62 % des votes populaires contre 32 % pour Abbas.

En Cisjordanie, 66 % des sondés ont répondu qu’ils soutenaient Haniyeh contre 53 % dans la bande de Gaza. Seuls 25 % des sondés soutiennent Abbas en Cisjordanie alors que 43 % des interrogés le soutiennent à Gaza. Globalement, le soutien au président de l’Autorité palestinienne a chuté de 11 points en deux mois – passant de 50 % en juin à 39 % en août.

Pour la première fois en 8 ans, le candidat présumé du Hamas, Haniyeh, a un soutien plus élevé que le militant du Fatah Marwan Barghouti, incarcéré en Israël pour de multiples réclusions à perpétuité en raison de son implication dans les attaques terroristes pendant la seconde Intifada. Si les élections se tenaient aujourd’hui, selon le sondage, Haniyeh battrait Barghouti avec 49 % des votes pour Haniyeh et 45 % pour Barghouti.

Nashat Aqshat, un professeur en Communication à l’université Bir Zeit de Ramallah qui était le conseiller médiatique pour le Hamas pendant les élections en 2006, affirme qu’il n’est pas surpris par les nouveaux chiffres de la cote de popularité du Hamas.

« Dans certaines parties du monde, la pression entraîne l’explosion. Dans le cas du Hamas, la pression d’ [Israël] donne du pouvoir et de la solidarité », a-t-il déclaré au Times of Israel. Le secret de l’attrait du Hamas, ajoute-t-il, est son message religieux intéressant aussi bien que celui sur l’efficacité des forces de sécurité de Gaza.

Les anciens sondages démontrent qu’il n’y a que 15 % de la population palestinienne qui sont de fervents supporters du Hamas, alors que 40 à 47 % sont indécis et pourraient se laisser influencer par le Hamas ou l’OLP, selon Aqtash.

Mais l’échec des négociations de paix avec Israël et la ténacité du Hamas ont prouvé aux Palestiniens qu’il y a, dans les faits, une alternative viable aux tactiques non-violentes d’Abbas.

Aqtash prédit que le Hamas et le Jihad islamique s’uniront pour les élections parlementaires qui devraient être organisées au début de l’année 2015 et devraient réunir au moins 70 % des votes.

« L’OLP n’obtiendra pas plus de 30 % », affirme-t-il.