Les trois quarts de la population israélienne sont persuadés que la récente signature de l’accord nucléaire entre les puissances mondiales et l’Iran n’empêchera pas la République islamique de faire des efforts pour acquérir des armes nucléaires, et seulement 10 % de la population disent qu’ils font confiance aux États-Unis pour contrecarrer les ambitions de Téhéran de produire des armes non conventionnelles, selon un sondage réalisé mercredi par l’Institut Sarid et révélé jeudi par la Dixième chaîne.

Le sondage a révélé en outre que 70 % des Israéliens s’opposent à l’accord sur le nucléaire, alors que seul un petit 10 % le soutient.

De plus, 20 % des sondés ont révélé qu’ils n’avaient pas d’opinion sur la question. Un tiers des sondés a déclaré qu’Israël avait maintenant plus d’autre choix que de frapper les installations nucléaires de l’Iran, tandis que 40 % s’opposent à une action militaire contre la République islamique.

En ce qui concerne les actions à entreprendre, 60 % pensent que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, devrait mener une campagne au Congrès américain visant à empêcher l’approbation et la mise en œuvre de l’accord. Seulement 20 % s’opposent à une telle campagne.

La Dixième chaîne n’a pas précisé le nombre de personnes qui ont participé au sondage.

Selon l’accord annoncé mardi, le programme nucléaire de l’Iran sera réduit et étroitement surveillé tandis que les Etats-Unis et les puissances mondiales chercheront à empêcher la République islamique à développer une arme atomique.

En échange, l’Iran verra ses sanctions économiques progressivement levées, libérant des dizaines de milliards de dollars de revenus dû au pétrole et des avoirs gelés.

Mais Netanyahu et d’autres critiques affirment que l’accord aurait dû neutraliser et démanteler les installations nucléaires militaires de l’Iran, et mettent en garde contre le fait que l’accord ouvre la voie à l’Iran vers la bombe et enverra des milliards dans ses coffres, qui lui servira à promouvoir son programme terroriste dans la région et au-delà.

(De gauche à droite) La haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif assistant à une conférence de presse à Vienne, Autriche, le 14 juillet 2015 (Crédit : Joe Klamar / AFP)

(De gauche à droite) La haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif assistant à une conférence de presse à Vienne, Autriche, le 14 juillet 2015 (Crédit : Joe Klamar / AFP)

Le président américain Barack Obama mercredi a présenté une défense détaillée de l’accord historique nucléaire, négociés par les puissances mondiales et l’Iran, et a fustigé Netanyahu et d’autres critiques véhéments à l’intérieur des États-Unis qui n’ont pas présenté une alternative viable à cet accord.

Lançant une pique directe à Netanyahu, Obama a déclaré que certains critiques ont affirmé que l’Iran veut « conquérir le monde », faisant référence à un discours que le Premier ministre a fait plus tôt dans le mois au cours duquel il a affirmé que l’Iran a comme « vrai but ultime de conquérir le monde ».

Ce fut « une nouvelle pour les Iraniens », a plaisanté Obama lors d’une conférence de presse sur l’accord avec les journalistes à la Maison Blanche.

Mais Obama a convenu « qu’Israël a des préoccupations légitimes quant à sa sécurité par rapport à l’Iran. » Le régime de Téhéran, a-t-il noté, « a proclamé qu’Israël ne devrait pas exister… a nié l’Holocauste… a financé le Hezbollah, et en conséquences, il y a missiles qui sont pointés vers Tel-Aviv ».

Par conséquent, a-t-il dit, « je pense qu’il y a de très bonnes raisons pour lesquelles les Israéliens sont nerveux au sujet de la position de l’Iran dans le monde en général, et je l’ai dit au Premier ministre Netanyahu, je l’ai dit directement au peuple israélien. »

Pourtant, a-t-il poursuivi, « toutes ces menaces seront aggravées si l’Iran obtient une arme nucléaire. »

L’équipe du Times of Israël et l’AFP ont contribué à cet article.