Des hommes armés ont fait irruption dans les bureaux d’un journal soudanais samedi et violemment battu son rédacteur en chef qui avait appelé à une normalisation des relations de son pays avec Israël, a indiqué un de ses collègues.

Les violences physiques à l’encontre de Osman Mirghani, rédacteur en chef du quotidien Al-Tayar, sont inhabituelles au Soudan même si les journalistes déplorent régulièrement la censure exercée par les services de renseignement soudanais.

M. Mirghani a été hospitalisé à l’hôpital Al-Zaytouna dans le centre-ville de Khartoum à la suite des coups qu’il a reçus « à la tête et sur une jambe avec des armes à feu et des bâtons » a précisé à l’AFP Faisal Mohamed Salih, lauréat 2013 du prix Peter Mackler de Journalisme éthique et courageux et l’un des défenseurs des droits de la presse au Soudan.

S’exprimant à partir de l’hôpital et citant d’autres journalistes d’Al-Tayar, M. Salih a indiqué qu’environ sept hommes armés ont fait irruption dans les bureaux du journal peu avant l’heure de la rupture du jeûne du Ramadan.

« Ils ont ordonné aux journalistes de se coucher au sol, ont ramassé tous les téléphones portables et tous les ordinateurs portables et ont coupé toutes les liaisons Internet avant de se rendre au bureau d’Osman Mirghani » a-t-il ajouté.

L’agression a été commise juste quelques jours après que M. Mirghani a appelé sur une chaîne locale de télévision à normaliser les relations de son pays avec Israël.