Deux confidents du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont été libérés tard dimanche soir après 15 heures d’interrogatoire dans le cadre de l’enquête sur la corruption présumée concernant l’achat de navires de la marine d’un constructeur naval allemand.

Bien que la police n’ait pas révélé l’identité des deux individus interrogés, de nombreux articles de presse ont cité l’un d’eux comme étant David Shimron, cousin et avocat personnel de Netanyahu, et le second comme un avocat proche du Premier ministre.

Shimron a déjà été interrogé à plusieurs reprises dans le cadre de l’enquête menée par Lahav 433, l’unité anti-corruption de la police.

Il a servi d’avocat pour Miki Ganor, le représentant local du constructeur naval allemand ThyssenKrupp, qui est devenu le témoin de l’état en juillet et est considéré comme un suspect clé dans l’affaire.

Miki Ganor lors d’une audience devant la cour des magistrats de Rishon Lezion, le 21 juillet 2017. (Crédit : Flash90)

Les deux hommes ont été autorisés à rentrer chez eux dans le cadre d’une mise en liberté provisoire et devraient être interrogés de nouveau, a rapporté le site d’information Ynet.

Le deuxième suspect a été impliqué par Ganor. Celui-ci a dit à l’état que Shimron lui avait confié que le suspect était capable de pousser au mieux les intérêts de Thyssenkrupp afin de remporter l’appel d’offres des sous-marins.

Alors que Netanyahu n’est pas un suspect dans l’enquête, connue sous le nom d’affaire 3000, Shimron et un certain nombre d’autres proches du Premier ministre sont soupçonnés de corruption.

La Deuxième chaîne a rapporté dimanche que Netanyahu devait témoigner dans l’affaire quelque temps après son retour de Londres, où il a marqué le centenaire de la déclaration Balfour.

Le rapport indique que Netanyahu sera également interrogé par la police dans deux enquêtes de corruption distinctes dont il est un suspect, connu sous le nom d’affaires 1000 et 2000.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et son avocat personnel, David Shimron, à gauche. (Crédit : Flash90)

Dans l’affaire 1000, Netanyahu et sa femme, Sara, sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites de bienfaiteurs milliardaires, notamment des centaines de milliers de shekels de cigares et de champagne du producteur hollywoodien d’origine israélienne Arnon Milchan.

L’affaire 2000 implique un accord illégal présumé entre Netanyahu et l’éditeur du journal Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes, selon lequel le Premier ministre promettait de réduire la distribution de son quotidien rival, Israel Hayom, propriété du milliardaire Sheldon Adelson, en échange d’une couverture plus favorable du Yedioth.

Netanyahu a nié les méfaits dans les deux affaires.