Le ministre israélien des Affaires stratégiques a accusé jeudi le chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan de bloquer un accord sur l’indemnisation des victimes turques de l’assaut en 2010 contre une flottille tentant de briser le blocus de Gaza.

« Je suis pour la conclusion d’un accord avec la Turquie, mais [le blocage actuel] est de la faute d’Erdogan », a déclaré Yuval Steinitz à la radio publique.

« Je ne comprends pas le comportement de la Turquie et d’Erdogan », a ajouté M. Steinitz.

Il faisait allusion à l’exigence par le Premier ministre turc pour régler le contentieux d’un « engagement écrit d’Israël » à lever le blocus de la bande de Gaza gouvernée par le mouvement terroriste Hamas.

« Nous sommes dans une période où nos relations sont les plus proches possibles de la normalisation après l’affaire du Mavi Marmara », a déclaré dimanche le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, après des rencontres entre négociateurs israéliens et turcs.

Mais mardi, M. Erdogan a déclaré lors d’une conférence de presse que « sans la fin de l’embargo [sur Gaza], il n’y aurait pas d’accord. L’embargo doit être levé et cela doit être inclus dans un accord écrit ».

Selon les médias israéliens, Israël rejette cette demande.

Le porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n’a pas souhaité commenter ces informations.

Un responsable israélien proche des négociations à assuré que « Gaza n’a jamais fait partie des négociations avec la Turquie », tout en estimant « possible » qu’un « canal séparé de négociations » existe au sujet de l’embargo.

Lors de l’ouverture des discussions sur ces indemnisations en avril 2013, le vice-Premier ministre et porte-parole du gouvernement turc Bülent Arinç avait pourtant évoqué ce dossier.

« Les deux parties considèrent que ce problème doit être réglé rapidement, dès lors que sera prise en compte de façon significative [par Israël] la nécessité de lever l’embargo et le blocus imposés à Gaza », avait-il dit.

Déjà tendues depuis une opération israélienne meurtrière à Gaza en décembre 2008/janvier 2009, les relations entre la Turquie et Israël, alliés stratégiques dans les années 1990, se sont brutalement dégradées lors de l’assaut israélien contre une flottille qui tentait de briser le blocus de Gaza.

Cette opération, le 31 mai 2010, avait coûté la vie à neuf ressortissants turcs à bord du navire amiral de cette flottille, le Mavi Marmara, affrété par l’ONG islamique turque IHH.

Les familles ont porté plainte en Turquie contre quatre responsables militaires israéliens, actuellement jugés par contumace par une cour criminelle d’Istanbul.

Selon le quotidien israélien Haaretz, l’État hébreu a offert une enveloppe de 20 millions de dollars aux victimes turques.