La demande faite par les Palestiniens aux Nations unies dans le but de créer leur Etat, et qui exige un retrait israélien aux frontières d’avant 1967 d’ici à la fin 2017, a attiré une vague de condamnations de ministres israéliens.

Yuval Steinitz, le ministre israélien des Affaires stratégiques a déclaré jeudi matin que le document présenté à l’ONU était une « déclaration de guerre « .

« Les Palestiniens ont fait en sorte de supprimer toute mention de l’Etat d’Israël comme Etat juif dans leur projet, ce qui signifie que ce n’est pas un processus de paix, c’est une déclaration de guerre, » a déclaré le ministre à la radio israélienne.

Steinitz a appelé Israël à mettre en place une réponse sévère, y compris celle de couper les liens avec l’Autorité palestinienne et même démanteler cette dernière.

« Nous devons considérer chaque décision, y compris celles visant à couper les liens économiques avec l’Autorité palestinienne et à arrêter les transferts de taxes perçues en son nom, » a-t-il affirmé.

« Si l’Autorité palestinienne continue à inciter à la haine contre nous, contre notre existence, contre le peuple juif, si elle continue de prendre des mesures unilatérales, nous devons répondre non seulement au niveau de la sphère internationale, mais aussi au niveau de la sphère palestinienne et envisager, s’il n’y a pas d’autre choix, le démantèlement de l’Autorité palestinienne » a-t-il ajouté.

Steinitz a déclaré que si les conditions de l’offre palestinienne sont adoptées par la communauté internationale, cela précipiterait une prise de contrôle du Hamas voire de l’État islamique en Cisjordanie.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman [Yisrael Beitenu] a déclaré que la candidature de l’AP à l’ONU ne servait à rien réellement, et a exhorté le Conseil de sécurité à traiter de questions plus pressantes plutôt que de répondre aux « gimmicks palestiniens ».

« Abbas entreprend des actions dans le seul but de narguer Israël, mais qui ne servent réellement à rien pour les Palestiniens. Au contraire, ces actions ne feront qu’aggraver le conflit sans faire avancer un accord de paix parce que rien ne changera sur le terrain sans l’accord d’Israël, » a estimé Liberman.

« Le Conseil de sécurité ferait mieux de s’occuper de questions fondamentales comme la façon de gérer le terrorisme, comme nous avons vu cette semaine en Australie et au Pakistan. Ou de s’occuper de la guerre civile syrienne, ou de la Libye » a-t-il encore ajouté.

Le ministre de la Construction Uri Ariel a déclaré qu’Israël devrait répondre par un développement des constructions à Jérusalem et en Cisjordanie.

Dans un post sur Facebook, Ariel a exhorté le Premier ministre Benjamin Netanyahu à mettre fin au « gel de la construction silencieuse » et à renforcer la souveraineté israélienne dans la capitale et en Cisjordanie. « La Judée et la Samarie font partie d’Israël et sont tout aussi légitimes que Tel Aviv et que Haïfa et, au lieu de s’en excuser, nous devons le dire clairement, » a-t-il écrit.