Steinmeier : les immigrés doivent rejeter l’antisémitisme, c’est « non négociable »
Rechercher

Steinmeier : les immigrés doivent rejeter l’antisémitisme, c’est « non négociable »

Le président allemand s'est dit "horrifié et honteux" de voir "des drapeaux israéliens en feu sur les places allemandes" lors des manifestations anti-israéliennes

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier à Jérusalem, le 7 mai 2017. (Crédit : Dov Smith/Hebrew University)
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier à Jérusalem, le 7 mai 2017. (Crédit : Dov Smith/Hebrew University)

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a demandé vendredi aux immigrés de son pays de rejeter l’antisémitisme, qualifiant cela de condition « non négociable » pour vivre en Allemagne.

« Il y a des choses qui font partie de l’Allemagne. Et l’une d’elles est notre responsabilité envers notre passé : les leçons de deux guerres mondiales, les leçons de l’Holocauste, la responsabilité pour la sécurité d’Israël, le rejet de toute forme de racisme et d’antisémitisme », a déclaré le président allemand à un événement pour Hanoukka à l’ambassade d’Israël à Berlin.

« De cette responsabilité, aucune ligne ne peut être tracée sur le passé pour les générations futures — et aucune exception ne peut être faite pour les immigrants. C’est non négociable — pour tous ceux qui vivent en Allemagne et veulent vivre ici ! », a-t-il ajouté.

Une étude publiée plus tôt cette semaine a révélé que l’antisémitisme parmi les réfugiés musulmans en Allemagne est endémique et nécessite une attention urgente.

Dans son discours, le président allemand a également évoqué les récentes manifestations à Berlin contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël. Des milliers de manifestants ont brûlé des drapeaux israéliens faits maison et sont allés dans des stations de métro de différentes villes scandant des slogans anti-israéliens et anti-américains lorsqu’ils se rendaient à ces rassemblements. Le nombre de réfugiés parmi les manifestants était inconnu.

« La semaine même où nos concitoyens juifs ont allumé les bougies de leur menorah, les drapeaux israéliens étaient en feu sur les places allemandes. Je suis horrifié et j’ai honte », a-t-il asséné.

« L’antisémitisme n’a pas été surmonté, pas même dans notre pays, et il soulève sa tête diabolique sous plusieurs formes : dans des actions extrêmes telles que l’incendie du drapeau israélien et des slogans ignorants de la haine et de la violence, mais aussi dans des habitudes moins évidentes et la propagation de préjugés contre ‘tout ce qui est juif’ », a-t-il ajouté.

Photo d’illustration : Les demandeurs d’asile musulmans attendent leur enregistrement après leur arrivée dans un centre pour réfugiés de Giessen, en Allemagne, le 2 décembre 2015

L’enquête de cette semaine, commandée par l’Institut Ramer des relations germano-juives à Berlin, a révélé que beaucoup des réfugiés interrogés avaient des impressions positives à propos de l’Allemagne, mais avaient aussi tendance à croire aux théories du complot, telles que les Juifs ou Israël contrôlant le monde.

« La pensée antisémite et les stéréotypes sont très communs … même parmi ceux qui insistent sur le fait qu’ils ‘respectent’ le judaïsme ou qu’il n’y a pas de problème de cohabitation entre musulmans, chrétiens et juifs dans leur pays d’origine et en Allemagne », a déclaré le sociologue Günther Jikeli de l’université de l’Indiana et de l’université de Potsdam, en Allemagne, a déclaré dans un communiqué.

Il a également constaté que les réfugiés des communautés minoritaires persécutées sont plus susceptibles de prendre position contre l’antisémitisme et pour Israël.

Ce rapport, basé sur des entretiens avec 68 réfugiés, est intervenu dans le contexte de la montée des sentiments anti-israéliens lors de récents rassemblements à Berlin.

Dans le même temps, en signe de solidarité avec les communautés juives en Allemagne, des imams locaux se sont joints aux dirigeants chrétiens et juifs lors des célébrations publiques de Hanoukka, notamment lors de la cérémonie annuelle de l’allumage des bougies à la Porte de Brandebourg, où le rabbin Yehuda Teichtal de Berlin était accompagné du maire Michael Mueller. La sécurité a été renforcée dans toute l’Allemagne et sur les sites juifs.

Les gens se tiennent devant un géant candélabre de Hanoucca en face de la Porte de Brandebourg à Berlin le 6 décembre 2015 au début de la fête juive de huit jours. (Crédit : AFP Photo / DPA / Jorg Carstensen)

Le discours de Steinmeier intervient deux jours après que le journal local Bild Zeitung a annoncé que les célébrations officielles de Hanoukka dans la ville de Mülheim, dans le nord-ouest de l’Allemagne, avaient été annulées pour des raisons de sécurité.

Un porte-parole de la ville a déclaré à Bild Zeitung que la décision avait été prise à la demande du Conseil central des Juifs, qui a déclaré que la mairie serait difficile à sécuriser pour la cérémonie d’allumage des bougies.

Parce que les préoccupations sur le bâtiment ont été exprimées à la dernière minute, les organisateurs ont été incapables de trouver un endroit plus sûr à temps pour l’événement.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...