Steven Spielberg a rencontré des dizaines de survivants d’Auschwitz, la veille des commémorations officielles marquant le 70e anniversaire de la libération du camp de concentration par l’armée soviétique.

Spielberg a été oscarisé en 1993, en tant que réalisateur du film sur la Shoah « La Liste de Schindler ». Le long-métrage a reçu en tout 17 récompenses (Oscars, Bafta, Golden Globes compris).

En amont de son intervention, il a été salué par Paula Lebovics, une survivante de la Shoah âgée de 81 ans, comme « un homme qui nous a donné une voix dans l’histoire », a rapporté le quotidien israélien Ynet.

Dans un bref discours, Spielberg a évoqué la façon dont sa propre identité juive a évolué. Tout d’abord en tant qu’enfant lorsqu’il apprenait les chiffres avec les numéros tatoués sur les bras des survivants, et puis en tant qu’adulte quand il a filmé « La Liste de Schindler » à Cracovie.

Le réalisateur a déclaré ce lundi que les Juifs sont à nouveau confrontés aux « démons vivaces de l’intolérance », montrant du doigt, « les antisémites, les extrémistes radicaux et les fanatiques religieux » qui provoquent de nouveau des crimes et incitent à la haine.

Spielberg a dénoncé l’existence de pages Facebook qui identifient les Juifs et leurs lieux de vie dans le seul objectif de les attaquer.

« Ces gens veulent (…) une fois de plus vous dépouiller de votre passé, de votre histoire et de votre identité. »

Il a souligné l’importance de lutter contre la haine par l’éducation et la préservation de sites historiques comme celui d’Auschwitz.

Le Congrès juif mondial et la Fondation USC Shoah ont permis à des survivants de l’Holocauste de se rendre à Auschwitz pour l’anniversaire de la libération du camp.

C’est après avoir réalisé « La Liste de Schindler » que Spielberg a fondé la Fondation Shoah, qui a recueilli des témoignages vidéos de la part de plus de 53 000 survivants de la Shoah.