Des Juifs suisses ont dit qu’ils installeraient des stands d’information sur les dangers de l’antisémitisme aux abords des endroits dans lesquels l’humoriste français Dieudonné se produira.

« La liberté d’expression est certes un principe essentiel mais elle ne peut en aucun cas être invoquée pour justifier « un droit à la discrimination, » a annoncé jeudi la CICAD, un groupe juif qui surveille l’antisémitisme dans les régions francophones de Suisse.

Dieudonné, qui compte de multiples condamnations pour incitation à la haine contre les Juifs en France et apologie du terrorisme, devrait se produire lundi à Lausanne et le lendemain à Val-de-Ruz.

La CICAD mettra en place deux stands en face des salles, a-t-elle indiqué.

Dieudonné a été brièvement arrêté pour avoir poster un commentaire sur Facebook à propos du meurtre le 9 janvier de quatre juifs dans un supermarché casher près de Paris par l’islamiste Amedy Coulibaly.

Jouant sur le slogan « Je suis Charlie », à la mémoire des 12 victimes de l’attaque du 7 janvier contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo par deux des complices de Coulibaly, Dieudonné a écrit : « Je me sens Charlie Coulibaly. »

Les procureurs français ont dit qu’il était soupçonné d’encourager le terrorisme.

Dieudonné est à l’origine de la quenelle, dont les critiques disent que c’est un salut nazi modifié. Le Premier ministre français Manuel Valls l’a qualifiée de «geste de haine antisémite» et a décrit Dieudonné comme un «antisémite professionnel « .

Sous Valls, Dieudonné a été contraint d’annuler une tournée et fait face à des accusations criminelles et financières, allant de l’incitation à la haine à l’évasion fiscale en passant par des violations de construction.