Environ 2500 ans après les événements légendaires de l’histoire de Pourim qui ont fait entrer la ville perse de Suse dans les livres de l’Histoire juive, le site antique a été labellisé comme site du patrimoine mondial par l’ONU ce samedi.

Connu sous son nom moderne de Suse, le site est aujourd’hui localisé en Iran moderne. Il fait partie des sept sites choisis par l’organisme culturel mondial pour intégrer la liste très fermée des endroits les plus précieux du monde.

L’organisation des Nations Unies pour l’éducation, la culture et les sciences, basée à Paris,  a également accordé ce statut très spécial à un autre site iranien :  les colonies troglodytiques de Maymand. Les jardins botaniques de Singapour et le paysage sacré de la Grande Montagne Burkhan Khaldoun, en Mongolie, ont également été distingués.

Dans le rouleau d’Esther, Suse est l’endroit où Haman l’Agaguite élabore une stratégie diabolique afin d’anéantir les Juifs en Perse, mais son plan est déjoué par la reine Esther, qui persuade son mari, le dirigeant perse Assuérus, de saper ces manigances. La fête annuelle de Pourim commémore la victoire des Juifs sur leurs ennemis et est marquée par des fêtes costumées et des célébrations animées.

Parmi les autres régions qui ont reçu ce statut prestigieux décerné par l’UNESCO, on compte les vignobles historiques, les caves et les maisons de champagne où sont produits les vins mousseux les plus célèbres du monde.

Il s’agit d’une double victoire pour le vin français, car les bouchons ont également sauté en Bourgogne après que ses vignobles ont été couronnés par l’organisme culturel des Nations Unies dans la ville allemande de Bonn.

A ainsi été nommée l’Avenue de Champagne à Epernay, où de grandes maisons siègent au sommet de nombreuses caves sombres  recelant des millions de bouteilles de champagne.

Mention spéciale également pour le village de Hautvillers, qui aurait abrité dans son abbaye le moine Dom Pérignon. Celui-ci aurait inventé la technique de double fermentation qui donne au champagne son fameux pétillant.

Selon l’UNESCO, le nouveau statut de « patrimoine mondial » du champagne couvre « les lieux où le vin mousseux a été développé en utilisant une seconde méthode de fermentation en bouteille à partir du début du 17e siècle jusqu’à son industrialisation précoce dans le 19e siècle ».

Les collines du nord de la région de Champagne française, où les raisins pour le vin sont cultivés, détiennent certaines des terres agricoles les plus chères en Europe.

Mais l’inclusion sur la liste prestigieuse de l’UNESCO peut apporter d’autres bénéfices économiques, car, en plus d’avoir un fort pouvoir d’attraction touristique, les sites du patrimoine mondial pourront recevoir une aide financière en vue de leur préservation.

En Bourgogne, l’UNESCO a reconnu le caractère unique du vignoble de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune au sud de la ville de Dijon, qui produisent certains des meilleurs vins rouges du monde à base de pinot noir et de chardonnay.

Les « grands crus » de cette région, comme Romanée-Conti, Vosne-Romanée et Montrachet, sont également parmi les plus chers.

« La Champagne et la Bourgogne sont deux magnifiques régions françaises, qui montrent ce que la France fait de mieux » a déclaré à l’AFP l’ambassadeur du pays auprès de l’UNESCO, Philippe Lalliot.

La France détient désormais 41 sites du patrimoine mondial.

La forteresse de Diyarbakir dans le sud-est de la Turquie, un bastion majeur dans le « Croissant fertile » depuis l’époque d’Alexandre le Grand, a également été inscrite ainsi que l’ancien système de champs irrigués appelés les Jardins Hevsel qui relient la ville au Tigre et ont abreuvé ses habitants depuis des milliers d’années.

Le Comité du patrimoine mondial se réunit à Bonn jusqu’au 8 juillet et a également envisagé d’honorer le site de la légendaire bataille d’Alamo au Texas, après avoir déjà distingué les paysages de montagne Tusi du sud-ouest de la Chine, les architectes arabo-normands de Palerme en Sicile, et l’art mural âgé de 10 000 ans en Arabie Saoudite.