Le Parlement égyptien a voté mardi pour punir un député pour avoir jeté une chaussure à un collègue parce qu’il avait rencontré l’ambassadeur d’Israël au Caire.

La décision a été prise de suspendre Kamal Ahmed jusqu’à la fin de la session 2016, selon les médias égyptiens. Il ne sera pas en mesure de prendre part aux débats parlementaires ni à voter lors des sessions plénières.

La suspension est une réponse à un incident qui a eu lieu la semaine dernière, lorsque Ahmed a frappé son collègue, Tawfiq Okasha, avec sa chaussure pour protester contre la rencontre d’Okasha quelques jours plus tôt avec l’Ambassadeur Haim Koren.

Okasha, un présentateur d’une émission populaire en Egypte et un député, a été au centre d’une controverse depuis que Koren a posté une photo sur la page Facebook de l’ambassade le mois dernier prise au cours de leur dîner.

La semaine dernière, le Parlement égyptien a voté massivement pour révoquer le siège d’Okasha en raison de l’incident.

Le site officiel du Parlement a déclaré que 465 députés – soit plus des deux tiers de ses membres – ont voté pour priver Okasha de son siège, une punition beaucoup plus grave que celle d’Ahmed.

« La sanction n’est pas pour le punir de sa rencontre avec l’ambassadeur d’un pays étranger mais à cause des questions abordées au cours de cette réunion, par rapport à la sécurité nationale de l’Egypte », a précisé le site.

L’Egypte entretient des relations diplomatiques avec Israël mais traiter directement avec l’Etat juif reste une chose profondément tabou dans la société égyptienne.

Okasha, qui a été décrit par les médias d’Etat comme une personnalité « controversée », a publiquement – lors d’une émission – invité Koren à sa résidence pour dîner. Koren a accepté l’invitation et les deux hommes se sont rencontrés et ont abordé divers sujets comme la politique, les relations commerciales et la coopération agricole entre les deux pays.

Okasha, a déclaré Ahmed, « mérite 90 millions de chaussures », selon une traduction de ses propos en langue hébreu par le site Ynet. « Je veux lui tirer dessus. Ce que j’ai fait reflète l’opinion de la nation. J’ai fait ce que j’ai fait parce que je suis un député et un représentant du peuple. Chaque fois que je le verrai, je le frapperai avec une chaussure ».

Pour défendre sa décision de recevoir Koren, Okasha a déclaré qu’il a adressé l’invitation à Koren dans l’espoir de recruter Israël en tant que médiateur dans le conflit de l’Egypte avec l’Ethiopie sur le Grand Renaissance Dam, un projet qui pourrait, comme le craint le Caire, limiter sa part de l’eau du Nil, a signalé l’Egyptian Independant.

Il a cité le traité de paix de 1979 signé entre Israël et l’Egypte et a exprimé l’espoir qu’Israël puisse jouer un rôle constructif dans le règlement du conflit en cours, selon l’article.

Mais Okasha a exprimé ses regrets pour avoir rencontré l’ambassadeur, en affirmant qu’il voulait « agir de bonne foi ».

Les relations officielles entre Jérusalem et Le Caire ont été relativement chaleureuses depuis l’accession au pouvoir d’Abdel-Fattah el-Sissi, qui est devenu le président de l’Egypte en juillet 2013.