L’ambassade des Etats-Unis en Arabie saoudite a annoncé samedi qu’elle suspendait ses services consulaires en Arabie saoudite pour deux jours en raison de risques élevés pour la sécurité, après une première mise en garde aux Occidentaux travaillant dans le secteur pétrolier.

Aucun service consulaire à Ryad et dans les consulats de Jeddah et Dahran ne fonctionnera dimanche et lundi, a indiqué l’ambassade dans un communiqué sur son site web.

Elle a invité les citoyens américains à prendre davantage de précautions et à rester discrets s’ils doivent sortir.

« Le Département d’Etat appelle les citoyens américains à considérer avec attention les risques de se rendre en Arabie saoudite et leur demande d’éviter les déplacements non essentiels dans le pays », poursuit-elle.

L’ambassade a mis en garde vendredi les Occidentaux travaillant dans le secteur pétrolier en Arabie saoudite contre les risques d’attaques, dont des enlèvements, par des groupes « terroristes ».

Le communiqué n’a pas cité le nom du groupe et n’a pas donné plus de détails sur la nature des éventuelles attaques.

Cet avertissement intervient alors que l’Arabie saoudite participe à la coalition anti-jihadistes menée par Washington qui effectue depuis septembre des raids aériens contre les fiefs du groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak, suscitant des craintes quant à d’éventuelles représailles.

Quatre attaques ont visé des Occidentaux depuis octobre en Arabie saoudite.

La dernière date de février quand deux Américains, employés d’une firme sous contrat avec la Garde nationale saoudienne, ont été visés par des tirs dans l’est de l’Arabie saoudite.

En décembre, les autorités ont arrêté trois partisans de l’EI soupçonnés d’avoir tiré sur un Danois, le blessant à Ryad. Le Danemark fait aussi partie de la coalition.

La province orientale du pays, qui renferme l’essentiel des réserves de pétrole du royaume saoudien, est peuplée par quelque deux millions de chiites, une minorité qui dit être l’objet d’une marginalisation.

Depuis 2011, des manifestations et des accrochages avec les forces de sécurité ont eu lieu dans les zones chiites du royaume, coûtant la vie à une vingtaine de personnes.

Plusieurs Occidentaux ont été tués dans le royaume dans une vague d’attaques d’Al-Qaïda entre 2003 et 2006.