Le journal français Le Monde et plusieurs médias internationaux ont exposé dimanche la face cachée du secret bancaire en Suisse, après avoir eu accès aux données soustraites par un informaticien, Hervé Falciani, ex-employé de la banque HSBC à Genève.

Baptisée « SwissLeaks », l’opération propose un voyage au coeur de l’évasion fiscale, mettant en lumière les ruses utilisées pour dissimuler de l’argent non déclaré.

Environ 6 500 Israéliens ont détenu plus de 10 milliards de dollars auprès de la succursale à Genève de la banque HSBC entre 1988 et 2007. C’est ce que révèlent des documents rendus publics dimanche soir par le Consortium international des journalistes d’investigation, rapporte Haaretz.

Dans un classement de la fraude fiscale, les Suisses arrivent en tête avec 31 milliards de dollars de dépôts frauduleux auprès de HSBC. Les Britanniques avec 21,7 milliards, les Vénézuéliens avec 14,7 milliards, les Américains avec 13,4 milliards et les Français avec 12,5 milliards « devancent » également les Israéliens.

La liste comprendrait aussi 55 personnes inscrites en tant que citoyens des territoires palestiniens, en Cisjordanie et à Gaza, pour des dépôts d’un montant cumulé de 148 millions de dollars.

Parmi les Israéliens épinglés sur la liste, figurent Beny Steinmetz et son frère Daniel, héritiers d’une fortune bâtie dans le secteur du diamant, avec des dépôts en Suisse qui atteignent 100 millions de dollars.

Le Rabbin David Pinto, descendant d’une célèbre famille de rabbins, dirigeant un réseau d’institutions à but non lucratif, aurait dissimulé 2,3 millions de dollars sur des comptes de la banque HSBC à partir de 2007.

Le nom de Zadik Bino, actionnaire majoritaire de la First International Bank d’Israël, apparaît également sur un compte appartenant à une société immatriculée aux Îles Vierges et dont le solde atteint 22 millions de dollars.

Sur l’ensemble des comptes israéliens mentionnés sur la liste, 17 seraient approvisionnés de plus de 100 millions de dollars et environ 200 auraient un solde supérieur à 10 millions de dollars.

Dans le rapport, il est mentionné qu’une quarantaine de rendez-vous d’affaires auraient eu lieu en Israël entre des banquiers de HSBC et leurs clients israéliens, ce qui mettrait la banque en violation de la réglementation bancaire israélienne.

« En règle générale, le représentant d’une banque étrangère en déplacement en Israël et qui n’a pas de succursale dans l’Etat hébreu, n’a pas l’autorisation de mener des activités bancaires, en vertu de la Loi sur les banques », a déclaré le porte-parole de la Banque d’Israël, Yoav Soffer.

Sur son site, Le Monde a toutefois publié une réponse d’HSBC qui a dit reconnaître les « manquements passés », mais avoir pris depuis plusieurs années de nombreuses initiatives pour empêcher l’utilisation de ses services à des fins d’évasion fiscale ou de blanchiment d’argent.

En France, Le Monde cite ainsi l’humoriste Gad Elmaleh, qui disposait, d’après le journal, d’un compte faiblement approvisionné à Genève, avec un peu plus de 80 000 euros entre 2006 et 2007. Selon les informations du journal, il aurait régularisé sa situation auprès du fisc français.

Il mentionne ensuite Jacques Dessange, fondateur d’un empire de la coiffure, qui possédait un compte dans la filiale suisse de HSBC sur lequel il aurait eu jusqu’à 1,6 million d’euros entre 2006 et 2007, selon les fichiers auxquels le journal a eu accès. Lui aussi fait partie des clients qui ont depuis régularisé leur situation et se sont acquittés d’une amende, précise Le Monde.

Les données analysées font ressortir des profils très disparates, allant du chirurgien français venu placer ses honoraires non déclarés en Suisse aux têtes couronnées.

Parmi les noms cités dans les différents médias figurent notamment le roi du Maroc Mohammed VI ou le roi de Jordanie Abdallah II.

S’y ajoutent de nombreuses personnalités de la mode telle que le mannequin Elle McPherson ou la créatrice Diane von Fürstenberg, du spectacle à l’instar de l’actrice Joan Collins ou encore du sport comme le coureur automobile Valentino Rossi.