Le nombre de combattants du groupe ultra-radical de l’Etat islamique (EI) a dépassé les 50 000 jihadistes en Syrie, dont 6 000 recrutés seulement en juillet, rapporte mardi l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Le nombre des combattants de l’EI a dépassé les 50 000 en Syrie, dont plus de 20 000 non Syriens », a affirmé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

« Juillet a été le mois où il y a eu le plus de recrutement » depuis l’apparition de ce groupe en Syrie en 2013, avec plus de 6 000 nouveaux combattants.

Parmi eux « au moins 5 000 combattants syriens ont rejoint les camps de l’EI à Raqa et Alep (nord) », selon Abdel Rahmane, précisant que 800 d’entre eux étaient d’ex-rebelles, tandis que les autres n’ont jamais porté d’armes.

Dans la guerre multiforme qui ravage la Syrie, les rebelles sont en combat contre le régime de Bachar al-Assad mais aussi contre l’EI, qui contrôle de larges territoires en Syrie et en Irak.

Outre les 5 000 Syriens, l’EI a recruté en juillet « près de 1 100 étrangers, dont des Tchéchènes, des Européens, des Arabes, des asiatiques ainsi que des musulmans de Chine » venus en grande majorité à partir de la Turquie, précise-t-il.

A ceux-là s’ajoutent 200 jihadistes qui avaient quitté les rangs du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda.

L’EI, groupe extrémiste qui sème la terreur dans les territoires qu’il contrôle, est visé depuis une dizaine de jours par des frappes aériennes américaines dans le nord de l’Irak.

Il a également été visé ces derniers jours en Syrie par des raids de l’armée de l’air syrienne.