L’Iran a récupéré une partie de ses réserves d’or bloquées dans le cadre des sanctions internationales après un accord conclu en marge des négociations nucléaires à Vienne, a annoncé mercredi la Banque centrale iranienne (BCI).

L’accord porte sur le rapatriement de 13 tonnes d’or consignées en Afrique du sud depuis deux ans, a précisé le gouverneur de la BCI, Valiollah Seïf, cité par l’agence officielle Irna.

Trois cargaisons ont été réceptionnées par la BCI depuis le début de la semaine dont la dernière (4 tonnes) mardi soir, a ajouté le responsable.

Ce rapatriement est le fruit d’un compromis trouvé en marge des négociations à Vienne entre l’Iran et le groupe du 5+1 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne), qui tentent d’arracher un accord sur le programme nucléaire iranien, soupçonné de cacher un volet militaire malgré les dénégations de Téhéran.

L’accord final, qui doit être trouvé d’ici le 7 juillet, doit garantir le caractère pacifique de ce programme en échange de la levée des sanctions internationales mises en place depuis 2006.

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a estimé mercredi que les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne sont en « progrès » malgré la persistance de points de désaccord.

« Nous travaillons très, très dur, et nous faisons face à des questions très difficiles, mais nous pensons que nous faisons des progrès et c’est pourquoi nous allons continuer à travailler », a-t-il déclaré à la presse.

Une partie de ces sanctions – produits pétrochimiques, commerce de l’or et des métaux précieux, transferts financiers – avaient été levées par l’UE en janvier 2014 en gage de bonne volonté dans le cadre d’un accord intérimaire sur le dossier nucléaire.

Selon les Etats-Unis, environ 100 milliards de dollars d’avoirs iraniens sont actuellement bloqués dans le monde en raison des sanctions – internationales et américaines – imposées à Téhéran pour son programme nucléaire controversé mais également pour son soutien à des organisations qualifiées de terroristes.