Six Palestiniens – soupçonnés d’avoir volé des objets anciens dans une grotte près de la mer Morte – ont été arrêtés, a fait savoir dimanche l’Autorité des Antiquités d’Israël [AAI].

Un acte d’accusation contre les six a été déposé par l’AAI, dimanche, après que le groupe a été vu en train de réaliser une excavation illégale dans la Grotte des Crânes, un site archéologique situé dans les falaises d’un canyon près de Masada. Les hommes sont également accusés d’entrée illégale (sans permis) sur le territoire israélien .

L’AAI a déclaré que les policiers ont arrêté les suspects en possession d’antiquités, dont un peigne de l’époque romaine, après les avoir vus mener des fouilles illégales dans la grotte. L’AAI a salué cette arrestation en flagrant délit comme la première de son genre dans le désert de Judée en 30 ans.

L’accusation évoque la fouille illégale et « des dégâts critiques sur des vestiges archéologiques et des dommages irréversibles à des strates archéologiques » et détruit de nombreux fragments de faïence.

Les suspects ont été identifiés comme Hatem Ben Abdel-Qader al-Matur, 38 ans, Ghassar bin Ibrahim al-Matur, 43 ans, Nuaf bin Halil al-Matur, 39 ans, Oussama ben Issa al-Matur, 36 ans, Wael bin Issa al-Matur, 35 ans, et Majdi bin Issa al-Matur. Tous les six sont des résidents du village de Cisjordanie de Seir, situé près de la ville de Hébron.

La Grotte des Crânes est l’une des centaines de cavernes du désert de Judée qui ont donné des découvertes archéologiques inestimables dans le siècle passé, et plus particulièrement les Manuscrits de la mer Morte.

« Il y a eu une opération complexe pour localiser les voleurs de la mer Morte ; cela a duré plus d’un an, » a fait savoir l’AAI dans un communiqué.

Les six malfaiteurs ont été inculpés au tribunal d’instance de Beer-Sheva et encourent, en cas de condamnation, jusqu’à cinq ans de prison.

Amir Ganor, directeur de l’Unité de l’AAI pour la prévention des vols d’antiquités, a déclaré au Times of Israel que la grotte avait été examinée, mais pas fouillée, en 1960, et que les informations indispensables ont été perdues quand elle a été pillée.

« Tout site dans lequel vivaient nos ancêtres possède une signification » a-t-il confié.

Ganor a fait savoir que les voleurs d’antiquités cherchaient sans doute des documents anciens, comme les manuscrits de la mer Morte, qui ont été cachés dans les grottes pendant les révoltes juives contre Rome au Premier et Second siècle de notre ère. Mis à part le peigne, ils avaient pris un certain nombre d’autres petits objets de la grotte, mais ils ne seraient pas en possession de rouleaux ou de fragments de rouleaux.

Le climat aride et la géographie ONT fait que ces parchemins et ces papyrus se sont conservés depuis des millénaires.

« Ces découvertes sont vendues pour de grosses sommes d’argent dans les marchés d’antiquités en Israël et dans le monde », a déclaré dans un communiqué Ganor.

« Au fil des ans, un grand nombre de découvertes pillées ont atteint les marchés d’antiquités en Israël et à l’étranger, mais cela fait des décennies que des auteurs de tels forfaits n’avaient pas été pris en flagrant délit. Ceci est principalement dû à la difficulté de détecter et de les attraper dans le désert. »