Après le récent attentat de Barcelone, rappelant ceux ayant frappé Nice, Berlin Londres, Jérusalem et Stockholm, le festival d’Avignon a décidé de se procurer des barrières conçues en Israël.

Ces dispositifs équipent déjà des sites sensibles gérés par l’armée américaine, le FBI, l’armée et la police japonaise, l’armée israélienne et d’autres clients prestigieux que le site Mifram Security met en avant sur son site internet.

« La mairie d’Avignon a […] choisi de s’équiper de barrières spécifiques, des Mobilar vehicle barrier (MVB), raconte l’Obs, un dispositif venu d’Israël, pays qui fait face depuis longtemps à ce genre d’assauts. Un matériel capable d’arrêter presque tous les types de véhicules, y compris des camions lourds lancés à grande vitesse, selon son producteur, la compagnie israélienne Mifram Security. »

Le responsable de la sécurité de la mairie d’Avignon explique avoir choisi ce dispositif pour sa relative discrétion, en comparaison d’autres dispositifs, préservant le côté festif du festival.

Une barrière de quatre mètres de long coûte 23 000 euros.