Le géant allemand de l’industrie, ThyssenKrupp a déclaré jeudi avoir fait l’objet d’un piratage. Il semblerait que les auteurs de cette cyber-attaque cherchaient à voler les secrets de la société.

Les pirates informatiques, apparemment originaires d’Asie du sud-est, ont tentés d’obtenir « un savoir-faire technologique et des résultats de recherches » du groupe de sidérurgie, a affirmé un porte-parole de la société, confirmant ainsi un reportage de l’hebdomadaire allemand Wirschaftswoche.

« La cyber-attaque est derrière nous, et elle a été refoulée », a-t-il ajouté.

Cette « importante cyber-attaque » ciblait les départements qui traitent les prises de commande des installations industrielles et de la métallurgie en Europe.

Des données de la société, placées sous haute protection, telles que celles que ThyssenKrupp Marine Systems, ou encore les systèmes de contrôles informatiques des hauts-fourneaux ou des centrales électriques n’ont pas été touchés par l’attaque.

L'INS Rahav, sous-marin de type Dolphin, fabriqué par le constructeur naval ThyssenKrupp, quitte le port allemand de Kiel à destination de Haifa, le 17 décembre 2015. (Crédit : IDF Spokesperson’s Unit)

L’INS Rahav, sous-marin de type Dolphin, fabriqué par le constructeur naval ThyssenKrupp, quitte le port allemand de Kiel à destination de Haifa, le 17 décembre 2015. (Crédit : IDF Spokesperson’s Unit)

ThyssenKrupp Marine construit des navires de guerre, notamment des sous-marins pour la marine allemande et la marine israélienne.

Cette cyber-attaque a été découverte par les bureaux de la sécurité informatique de l’entreprise, qui surveillaient et analysaient le piratage pendant l’attaque, a déclaré le groupe.