De fortes explosions ont résonné au-dessus d’Eilat mardi matin, après le tir accidentel de deux projectiles depuis une batterie anti-missiles Dôme de fer positionnée dans la zone.

Les explosions ont suscité la crainte de tirs de roquette sur la ville du sud du pays. Des forces de sécurité ont été dépêchées d’urgence pour identifier l’origine des tirs.

Un porte-parole de l’armée a affirmé que les explosions venaient de deux projectiles anti-missiles du Dôme de fer, tirés accidentellement vers 7h40.

Les premières informations faisaient état du tir de trois roquettes Grad sur Eilat, mais l’armée a déclaré que la ville n’avait pas été visée.

Un porte-parole de l’armée a confié que la batterie Dôme de Fer qui ne tire que sur commande, subissait des tests.

Il est ordonné aux soldats qui tiennent les batteries de faire preuve d’une extrême prudence et de ne tirer que s’ils estiment qu’il existe une menace, selon la dixième chaîne de télévision.

Aucune blessure et aucun dégât matériel n’ont été constatés. Les habitants ont indiqué qu’aucune sirène d’alerte n’avait retenti.

Un avion qui se préparait à atterrir à Eilat à dû tourner autour de la ville pendant la fausse alerte avant de pouvoir se poser sans encombre, révèle le site Walla.

Fin janvier, deux roquettes ont été tirées depuis le Sinaï vers la station balnéaire de la mer Rouge, l’une ayant été abattue par une batterie Dôme de fer.

Le groupe terroriste Ansar Bayt al-Maqdis, affilié à al-Qaïda et qui agit principalement dans le Sinaï et à Gaza, avait revendiqué l’attaque.

Eilat, située à quelques kilomètres de la frontière avec l’Égypte, est régulièrement la cible d’organisations terroristes opérant dans le Sinaï.