Des milliers de Palestiniens célébraient dans les rues de Gaza l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu entre le Hamas et Israël, après 50 jours de guerre, selon des journalistes de l’AFP.

Des tirs de joie ont retenti dans la ville de Gaza, tandis que depuis les mosquées résonnaient des louanges à Dieu pour célébrer le cessez-le-feu qui doit être suivi, selon le médiateur égyptien, d’un allègement du blocus.

Dès l’annonce du cessez-le-feu, peu avant son entrée en vigueur, le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, avait revendiqué la « victoire » à l’issue de ce conflit.

« Nous sommes parvenus à réaliser ce que toutes les armées arabes n’ont pas réussi à faire », a indiqué lors d’une conférence de presse un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abu Zuhri, en référence aux précédentes défaites arabes face à Israël.

Dans les rues, au milieu des célébrations, Maha Khaled, une mère de famille de 32 ans a lâché « Dieu merci, la guerre est finie ».

« Je n’arrive pas à croire que je suis encore en vie, avec mes enfants. Cette guerre a été très dure et on ne croyait plus que la paix arriverait », a-t-elle ajouté.

De son côté, Tamer al-Madqa, 23 ans, célébrait « la victoire de la résistance ». « Aujourd’hui, Gaza a prouvé au monde qu’elle résistait et qu’elle était plus forte qu’Israël », a-t-il dit à l’AFP.