Deux roquettes tirées vers Tel Aviv, le cœur économique d’Israël, ont été interceptées en début de matinée par le système de défense antimissile Iron Dome, selon un porte-parole militaire. Les sirènes ont provoqué un moment de panique parmi les passants dont certains se sont abrités derrière des voitures ou des abribus.

Trois autres engins ont atterri mercredi matin en Israël. Au total, 117 roquettes avaient été lancées mardi de Gaza, dont 45 ont été détruites en vol. Elles n’ont pas fait de victime. Un centre commercial à Ashdod, non loin de Gaza, a été endommagé, selon la police.

Tel Aviv, Jérusalem et, pour la première fois Haïfa (nord d’Israël), ont été la cible de roquettes à longue portée M75 des organisations armées du territoire palestinien contrôlé par le mouvement islamiste Hamas.

A Gaza, les hostilités se poursuivaient sans discontinuer.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a prévenu que les attaques israéliennes allaient « se durcir dans les prochains jours ».

Mardi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait exhorté les Israéliens à « faire preuve de patience car cette opération peut prendre du temps ».

Selon les analystes militaires, le Hamas a réussi à « surprendre » Israël en parvenant à tirer une roquette à longe portée de type M-302, de fabrication syrienne, sur Hadera, une localité au nord de Tel Aviv, située à 116 km de la bande de Gaza, soit l’objectif le plus distant jamais atteint par une roquette palestinienne.