L’envoyé de la paix Tony Blair a publié une condamnation cinglante de l’enlèvement des trois adolescents israéliens, affirmant au Premier ministre Benjamin Netanyahu que le groupe terroriste avait « un choix clair à faire » et devait renoncer à la violence pour que les efforts de paix israélo-palestiniens soient susceptibles d’avancer.

Dans le même temps, Netanyahu a exhorté Blair à mener une pression internationale sur l’Autorité palestinienne pour dissoudre son accord de réconciliation avec le Hamas.

Les remarques de Blair, envoyé officiel du Quartet pour la paix au Moyen-Orient et ancien Premier ministre britannique, ont fermement appuyé la position israélienne selon laquelle le Hamas était derrière l’attaque – des allégations rejetées par le porte-parole du Hamas comme « stupides ».

Dans une déclaration conjointe avec Netanyahu, Blair a exprimé « son indignation » quant à l’enlèvement ainsi que sa « profonde sympathie » envers les familles.

Les pourparlers de paix doivent être fondés sur une solution à deux Etats, a déclaré Blair. « Cela signifie que pour le Hamas, ils ont un choix très clair à faire. Il ne peut pas s’agir d’un choix avec un engagement politique d’un côté, et la violence de l’autre. Et la seule façon pour que cela puisse marcher, c’est que la violence s’arrête une fois pour toutes, le terrorisme, les enlèvements, les meurtres ».

« La seule façon d’avancer vers la paix sera lorsque le Hamas comprendra que le seul bon choix à faire est de se livrer à des moyens exclusivement pacifiques pour parvenir à des fins politiques », a-t-il ajouté.

Netanyahu a accusé le Hamas pour les enlèvements d’Eyal Yifrach, Gil-ad Shaar et Naftali Frankel, au sud de Jérusalem jeudi, bien que la communauté internationale ne l’ait pas pointé du doigt avec la même certitude que Jérusalem.

S’exprimant aux côtés de Blair, Netanyahu a réitéré son appel au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à annuler le pacte d’unité récemment conclu avec le groupe terroriste.

La communauté internationale doit condamner le Hamas, « soutenir le droit de légitime défense d’Israël » et « appeler le président Abbas pour mettre fin à son pacte avec le Hamas », a-t-il affirmé.

« Toute personne qui soutient la paix doit dire à l’Autorité palestinienne qu’ils ne peuvent construire un gouvernement soutenu par des ravisseurs d’enfants et des assassins d’innocents », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre israélien a martelé que cet enlèvement brutal
« montre le vrai visage du Hamas ».

« Il n’est pas seulement engagé à tuer des Israéliens, il est aussi déterminé à enlever des enfants ».

Les pourparlers de paix israélo-palestiniens ont été officiellement suspendus fin avril, après qu’Abbas ait négocié un accord avec le Hamas pour former un gouvernement d’union. La nouvelle entité a été dénoncée par Israël, mais reconnue par l’ONU, l’Union européenne et les États-Unis, ainsi que par d’autres pays.