Le ministre de la Santé Yaakov Litzman a retiré vendredi sa menace de démissionner dimanche si les travaux de construction sur les voies ferrées inter-villes avaient lieu pendant Shabbat, suite à un compromis trouvé avec le ministère du Travail.

Selon un communiqué émis par le bureau de Litzman, les travaux réalisés sur la ligne ferroviaire entre les villes de Dimona et de Beer Sheva n’auront lieu que ce samedi, et n’emploieront qu’une main-d’oeuvre non juive.

Litzman, membre de la coalition de Netanyahu issu du parti ultra-orthodoxe HaTorah, a ajouté que si le gouvernement devait violer ce compromis à l’avenir, il tiendrait sa promesse de démissionner.

Quelques heures auparavant, le ministre de la Santé Yaakov Litzman avait déclaré dans un communiqué que les travaux de construction et d’entretien sur les voies ferroviaires le samedi constituaient un « grave coup porté à la sainteté du Shabbat » et allaient à l’encontre du « statu quo » observé jusqu’alors sur le sujet entre les partis ultra-orthodoxes et le gouvernement.

Si les travaux prévus samedi avaient lieu, il avait prévenu qu’il démissionnerait dimanche, lendemain du Shabbat et jour de conseil des ministres présidé par Netanyahu, ce qui signifierait qu’il ne pourrait pas voter dans les commissions des lois prévues dimanche.

Il n’avait pas précisé s’il avait l’intention de quitter son poste ou de retirer son parti de la coalition, ce qui aurait menacé l’équilibre du gouvernement Netanyahu. En effet, le gouvernement repose sur une majorité parlementaire de 66 députés sur 120, dont les 13 sièges du Shas et de YaHadout HaTorah, les deux partis religieux.

La députée de l’Union sioniste Ksnenia Svetlova avait rapidement critiqué Litzman pour ses menaces, accusant les élus ultra-orthodoxes de choisir leurs batailles sur les questions sociales.

« D’une certaine manière, ces ministres n’ont jamais menacé de démanteler la coalition en raison des faibles retraites, de la crise du logement, ou de la santé publique », avait-il dit. « C’est bizarre. »

La construction d’un pont à Emek Haarazim, à l’extérieur de Jérusalem, pour la ligne à grande vitesse qui reliera Jérusalem à Tel Aviv, le 20 décembre 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Israel Railways a entrepris de nombreux projets de grande ampleur ces dernières années, notamment une voie rapide qui reliera Tel Aviv à Jérusalem et des améliorations considérables sur des lignes existantes.

Les responsables affirment que le fait de planifier les travaux de construction et d’entretien durant les week-ends permet d’éviter les perturbations de trafic durant la semaine.

Le respect du Shabbat, un sujet primordial pour les partis ultra-orthodoxes qui prônent une application stricte des règles du judaïsme, est un sujet de querelle récurrent au sein du gouvernement depuis sa formation en 2015.

Les travaux de construction pendant Shabbat ont déjà fait l’objet de querelles entre Netanyahu et les partis ultra-orthodoxes de sa coalition, bien que le Premier ministre ait accepté d’interdire tous les travaux de construction sur les voies ferrées, lors d’un accord conclu avec les partis avant son élection en 2015.

L’an dernier, les politiciens ultra-orthodoxes ont menacé de renverser la coalition si les travaux sur les voies ferrées se poursuivaient pendant Shabbat. Les usagers avaient déploré d’importantes perturbations du trafic, des retards conséquents ou des annulations, après que Netanyahu a succombé à la pression et ordonné l’interruption des travaux.

En juin, les ministres ont cédé à la pression des partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah et ont annulé les travaux des chemins de fer pendant Shabbat dans le sud d’Israël.

Netanyahu, Katz, et le ministre des Affaires sociales Haim Katz, et les chefs des partis ultra-orthodoxes avaient acceptés d’annuler les travaux prévus en vertu du « statu quo » sur le respect du Shabbat.

L’AFP a contribué à cet article.