Le ministre de la Santé Yaakov Litzman a informé vendredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il démissionnait, après que le gouvernement a signé un accord pour poursuivre les travaux ferroviaires ce Shabbat.

Le gouvernement tente désormais de parvenir à un accord, dans le cadre duquel Litzman, qui dirige la faction hassidique du parti ultra-orthodoxe Yahadout Hatorah, quittera son poste de ministre de la Santé, mais son parti restera au sein de la coalition de Netanyahu.

Le ministre des Affaires sociales, Haim Katz, dont le ministère est le régulateur du travail dans le pays, a annoncé vendredi matin qu’il avait autorisé la poursuite de ces travaux pendant le jour du repos du calendrier juif, parce qu’un report aurait mis des vies en danger.

« Après un examen précis, j’ai seulement autorisé les travaux essentiels pour garantir la sécurité de la circulation des trains, qui, s’ils ne sont pas réalisés, mettront des vies en danger », a annoncé Katz. « Cette décision a été prise en prenant en compte la sensibilité du public religieux d’une part, et la nécessité de la fluidité du trafic pour les usagers dimanche. »

« L’an dernier, chaque week-end, j’ai étudié la question de nécessité des travaux sur les voies ferrées et celle de la sainteté du Shabbat, et cela s’est passé calmement », a déclaré Katz à la radio israélienne, ajoutant qu’il ne comprenait pas pourquoi ce Shabbat en particulier est devenu problématique, au point que Litzman démissionne.

Peu après les propos de Katz, Litzman a déclaré à Netanyahu qu’il démissionnait et qu’il soumettrait officiellement sa lettre de démission dimanche. Il s’est entretenu avec son guide spirituel le rabbin Yaakov Aryeh Alter, chef du mouvement hassidique de Gur, qui a statué qu’il était impossible d’autoriser les travaux pendant Shabbat, selon Hadashot.

Dans le journal ultra-orthodoxe Hamodia, qui appartient à Litzman, il a écrit : « en tant que membres de la coalition, il y a des choses qui sont importantes pour nous… Au nom de la préservation des valeurs juives de l’État, nous sommes dans le gouvernement, pour l’influencer ».

Cette déclaration laisse penser que le parti a l’intention de continuer à influencer le gouvernement, c’est-à-dire, à ne pas quitter la coalition, en dépit de la démission de Litzman.

Selon les médias, les travaux prévus ce week-end sont complexes, et nécessitent la participation de plus d’une centaine de travailleurs juifs, ce qui pose problème aux partis ultra-orthodoxes.

Dans le passé, des crises similaires ont été résolues grâce à des compromis ponctuels, qui prévoyaient le recrutement de travailleurs non-juifs uniquement, mais il semblerait que cela ne soit pas possible cette fois-ci, au regard de la nature des travaux. En effet, il faut mettre à jour la signalisation ferroviaire, et cela demande des compétences spécifiques de certains employés, qui ne peuvent pas être remplacés.

Selon la radio de l’armée, les travaux font également appel aux compétences d’ingénieurs allemands qui sont arrivés en Israël pour travailler sur ce système de signalisation, spécialement ce week-end.

La députée Merav Ben Ari (Koulanou) a salué le mandat de Litzman au ministère de la Santé.

« Litzman a été un excellent ministre de la Santé. C’est très décevant qu’il ne fasse plus partie du gouvernement », a-t-elle écrit sur Twitter. « Je comprends sa décision, mais c’est tout de même décevant. En plus d’être très professionnel, il est honnête, c’est un homme bien. »

Du côté de l’opposition, la démission de Litzman a été très bien reçue.

« Litzman a été le premier à détecter qu’une élection se prépare… chaque jour qui passe, avec ce gouvernement au pouvoir qui va à l’encontre des intérêts publics de la plupart des Israéliens », a déclaré Yoel Sasson (Union sioniste).

Zehava Galon, à la tête du Meretz, a salué la poursuite des travaux ferroviaires pendant Shabbat. « Nous devons nous rappeler que Yahadout HaTorah tient le bâton des deux côtés. Il fait toujours partie de la coalition », a-t-elle dit.

Le président de Hiddush, Uri Regev, a déclaré dans un communiqué qu’il faudrait réciter une bénédiction pour avoir réussi à se débarrasser de Litzman. « C’est regrettable que Litzman ait réagi à la pression de son maître, le rebbe de Gur, mais que Netanyahu refuse de réagir aux souhaits de ceux qui ont voté pour lui, et qui veulent un gouvernement sans partis ultra-orthodoxes », a-t-il déclaré.

Jeudi, Litzman avait déclaré au micro de la radio militaire que le fait de réaliser les travaux ferroviaires pendant le jour de repos juif n’était pas essentiel, et a accusé Israel Railways d’avoir créé cette crise.

La construction d’un pont à Emek Haarazim, à l’extérieur de Jérusalem, pour la ligne à grande vitesse qui reliera Jérusalem à Tel Aviv, le 20 décembre 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« Les personnes aux chemins de fer se moquent de nous – ils ont décidé de faire du Shabbat la journée nationale des rénovations. Je peux vous assurer que tous ces travaux peuvent également être faits en dehors du Shabbat », a-t-il affirmé.

« J’espère que la situation se solutionnera », a ajouté Litzman. « Je ne veux pas de profanation du Shabbat, et je ne veux pas de [nouvelles] élections. »

Israel Railways a entrepris de nombreux projets de grande ampleur ces dernières années, notamment une voie rapide qui reliera Tel Aviv à Jérusalem et des améliorations considérables sur des lignes existantes.

Les responsables affirment que le fait de planifier les travaux de construction et d’entretien durant les week-ends permet d’éviter les perturbations de trafic durant la semaine.

Les travaux de construction pendant Shabbat ont déjà fait l’objet de querelles entre Netanyahu et les partis ultra-orthodoxes de sa coalition, bien que le Premier ministre ait accepté d’interdire tous les travaux de construction sur les voies ferrées, lors d’un accord conclu avec les partis avant son élection en 2015.

L’an dernier, les politiciens ultra-orthodoxes ont menacé de renverser la coalition si les travaux sur les voies ferrées se poursuivaient pendant Shabbat. Les usagers avaient déploré d’importantes perturbations du trafic, des retards conséquents ou des annulations, après que Netanyahu a succombé à la pression et ordonné l’interruption des travaux.

En juin, les ministres ont cédé à la pression des partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah et ont annulé les travaux des chemins de fer pendant Shabbat dans le sud d’Israël.

Netanyahu, Katz, et le ministre des Affaires sociales Haim Katz, et les chefs des partis ultra-orthodoxes avaient acceptés d’annuler les travaux prévus en vertu du « statu quo » sur le respect du Shabbat.