WASHINGTON – Le président américain Donald Trump a demandé mercredi au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à mettre fin à l’incitation, à mener une politique de répression contre le terrorisme, et à « résoudre » la politique de l’AP sur les subventions sociales octroyées aux familles des terroristes écroués pour avoir attaqué ou tué des Israéliens.

« Le président Trump a mis l’accent sur l’importance d’un engagement formel pour empêcher la rhétorique enflammée, mettre fin à l’incitation et pour continuer à intensifier les efforts pour combattre le terrorisme », a déclaré la Maison Blanche dans un compte-rendu du premier face-à-face entre les deux dirigeants mercredi.

« Le président Trump a évoqué ses inquiétudes en ce qui concerne les payements effectués aux prisonniers incarcérés dans les prisons israélienne, qui ont commis des actes terroristes et à leurs famille, et a souligné l’importance de résoudre ce problème », poursuit le communiqué.

Plus tôt dans la journée, durant une déclaration commune depuis la Roosevelt Room à la Maison Blanche, Trump a fait une subtile allusion à la violence palestinienne, qu’Israël juge comme un obstacle majeur pour parvenir à un accord de paix.

« Il n’y aura pas de paix durable tant que les dirigeants palestiniens ne s’expriment pas d’une seule et même voix », a affirmé Trump, aux côtés d’Abbas. « Il y a tant de haine. Mais nous avons l’espoir que cette haine ne durera pas », a-t-il dit.

De son côté, Abbas a affirmé que « nous élevons notre jeunesse, nos enfants, nos petits-enfants dans une culture de paix ».

Au début de la semaine, trois sénateurs républicains ont exhorté le président à encourager Abbas à mettre fin aux allocations de l’AP dont bénéficient les familles des terroristes.

La conférence de presse a eu lieu avant le dîner d’affaires qui a réuni les délégations américaines et palestiniennes. Trump a invité Abbas, 82 ans, à la Maison Blanche afin de relancer les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

La Maison Blanche a indiqué que les deux dirigeants ont « réaffirmé leur engagement pour atteindre un paix authentique et durable entre Israéliens et Palestiniens ».

Le président américain « a souligné qu’il est personnellement investi pour aider les Israéliens et les Palestiniens à atteindre une paix complète, et qu’un accord de paix ne pourra naître qu’après des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens », ajoute le communiqué.

Comme les propos tenus par Trump, le compte-rendu indique qu’il est optimiste quant à ses chances de négocier cet accord, mais n’a pas expliqué à quoi ressemblerait un accord réussi.

La Maison Blanche a affirmé que Trump et Abbas cherchaient à améliorer les conditions qui permettraient les négociations, mais n’a pas donné davantage de précisions.

« Les deux dirigeants ont parlé de la valeur des actions qui peuvent aider à créer un environnement propice aux progrès concrets vers la paix », peut-on lire.

Trump et Abbas ont également parler de la façon d’améliorer la coopération en matière de sécurité pour aider les Palestiniens à lutter contre le terrorisme, et sur la façon de stimuler l’économie palestinienne.