WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a signé une résolution du Congrès qui « rejette le nationalisme blanc, la suprématie blanche et le néonazisme comme étant de la haine », a indiqué sa porte-parole.

« Il attend avec impatience de le faire dès qu’il la recevra », a annoncé Sarah Huckabee Sanders mercredi, lors d’un point presse avec des journalistes, avant que le président ne signe la résolution jeudi.

Avec des majorités bipartisanes, le Sénat et la Chambre des représentants des États-Unis ont adopté cette semaine des résolutions, suite au rassemblement d’extrême-droite à Charlottesville le mois dernier pour rejeter le « nationalisme blanc, la suprématie blanche et le néonazisme, des manifestations haineuses d’intolérance, contraires aux valeurs qui définissent le peuple des États-Unis. »

Les résolutions exhortent également le président et son administration à « se prononcer contre les groupes de haine qui adhèrent au racisme, à l’extrémisme, à la xénophobie, à l’antisémitisme et à la suprématie blanche, et utilisent toutes les ressources dont dispose le président et le cabinet du président pour faire face à la prévalence croissante de ces groupes de haine aux États-Unis. »

Dans une procédure inhabituelle, les législateurs, qui ont présenté les résolutions, ont utilisé un mécanisme qui exige la signature du président sur la résolution, même si elle n’est pas contraignante et est rédigée pour refléter le sentiment du Congrès.

Affrontement entre néonazis et contre-manifestants à Charlottesville, en Virginie, le 12 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Affrontement entre néonazis et contre-manifestants à Charlottesville, en Virginie, le 12 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

L’objectif de cette procédure était d’aborder les préoccupations que Trump a soulevé suite aux affrontements de Charlottesville, en Virginie, dont une attaque mortelle contre une contre-manifestante dont l’auteur présumé est un néo-nazi. Les législateurs voulaient que Trump s’engage à condamner les suprématistes blancs.

La résolution évite soigneusement de blâmer toute autre partie que l’extrême-droite pour ces violences. La victime, Heather Heyer, 32 ans, est spécifiquement nommée et honorée dans la résolution.