Donald Trump a annoncé vendredi de nouvelles sanctions « dures » contre les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite iranienne, accusés de « soutenir le terrorisme », dans le cadre de sa stratégie sur l’Iran.

Les Gardiens de la révolution « ont détourné de vastes parts de l’économie iranienne et saisi les dotations religieuses pour financer la guerre et la terreur à l’étranger », a-t-il accusé, autorisant le département du Trésor américain à les « sanctionner davantage ».

Il n’a toutefois pas décidé de classer ce groupe parmi les « organisations terroristes », comme l’hypothèse en avait circulé.

Les Gardiens de la révolution, ou des personnes et entités liées à ce corps d’élite, étaient déjà visés par des sanctions juridiques et financières des Etats-Unis en raison notamment du programme balistique de Téhéran et d’accusations de violations des droits de l’homme. De nouvelles sanctions ciblées avaient ainsi encore été annoncées ces derniers mois dans ce cadre.

Vendredi, le Trésor américain a en outre désigné le corps d’élite en tant que « soutien de plusieurs groupes terroristes », comme l’était déjà, depuis 2007, la Force Qods, la branche des Gardiens de la révolution chargée des opérations extérieures. Selon un communiqué, « les Gardiens de la révolution ont apporté un soutien matériel à la Force Qods ».

« Les Gardiens de la révolution ont joué un rôle central pour faire de l’Iran le principal Etat à soutenir le terrorisme dans le monde », affirme le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin dans ce communiqué. Il cible les Gardiens de la révolution pour son soutien à la Force Qods, « l’entité-clé » du soutien iranien au régime syrien de Bachar al-Assad, au Hezbollah, au Hamas et à « d’autres groupes terroristes », ajoute-t-il.

Par ailleurs, le Trésor a désigné vendredi trois sociétés iraniennes au nom de la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive et en raison de leur soutien à l’armée iranienne ou aux Gardiens de la révolution. Il s’agit de Shahid Alamolhoda Industries (SAI), de Rastafann Ertebat Engineering Company et de Fanamoj.

Un autre société, basée en Chine, la Wuhan Sanjiang Import and Export Co. LTD, est ciblée pour des raisons similaires.