Le président des Etats-Unis Donald Trump a défendu mardi Stephen Bannon, son très – très – controversé conseiller stratégique, estimant que c’était « quelqu’un de bien, pas un raciste ».

« J’aime bien M. Bannon, c’est un ami », a-t-il déclaré, tout en soulignant qu’il était arrivé « tard » dans son équipe et en laissant planer le doute sur son avenir. « Nous verrons ce qui arrivera à M. Bannon », a-t-il ajouté.

Le quotidien New York Times a écrit mardi que le magnat des médias Rupert Murdoch avait récemment exhorté Donald Trump à limoger Bannon, chantre de la « droite alternative » américaine.

Selon le journal, c’est au cours d’un dîner à la Maison Blanche début août que Murdoch, le fondateur de Fox News, a enjoint le président de se débarrasser de l’ancien patron du site Breitbart, dont il a fait une plate-forme pour l’extrême droite américaine, rebaptisée « alt-right » ou droite alternative.

Rupert Murdoch, magnat des médias américains, fondateur de Fox NEWS, à New York, le 4 mai 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Rupert Murdoch, magnat des médias américains, fondateur de Fox NEWS, à New York, le 4 mai 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

CBS News a également affirmé que Bannon était dans une position précaire, notamment après les critiques essuyées par Trump concernant sa réaction au drame de Charlottesville samedi, où une manifestante a été tuée par un sympathisant néo-nazi qui a foncé dans la foule avec sa voiture.

Bannon « fait l’objet en réalité d’une presse très injuste », a relevé Trump mardi. « C’est une bonne personne », a appuyé le président.

Le New York Times, faisant référence à une personne ayant eu connaissance de la teneur des conversations lors du dîner avec Murdoch, a relevé que le président avait ce soir-là fait part de sa frustration envers son conseiller et n’avait pas protesté outre mesure à la suggestion de Murdoch.

La correspondante du journal à la Maison Blanche Maggie Haberman a tweeté mardi après-midi qu’ « un départ imminent n’était pas attendu à ce stade ». Précisant tirer ses informations de plusieurs personnes proches de Trump, elle a relevé que le nouveau secrétaire général de la Maison Blanche John Kelly et Bannon avaient discuté ces derniers jours de la position de ce dernier.