Le président américain Donald Trump a estimé lundi que la fin de l’accord sur le nucléaire iranien était une « réelle possibilité », trois jours après avoir annoncé qu’il refusait de certifier le fait que Téhéran respecte ses engagements.

« Il pourrait y avoir une fin complète de l’accord, c’est une réelle possibilité », a déclaré Trump depuis la Maison Blanche, ajoutant que la nouvelle phase qui s’ouvrait pourrait aussi être « très positive. »

« Nous verrons ce qui se passera », a-t-il encore dit à l’occasion d’une réunion à la Maison Blanche en présence de tous les membres de son gouvernement.

Evoquant les dirigeants iraniens, il a estimé qu’ils étaient « d’excellents négociateurs ». « Ils ont négocié un accord fantastique pour eux-mêmes mais un accord horrible pour les Etats-Unis », a-t-il ajouté, évoquant ce document qui vise à empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique en échange d’une levée progressive des sanctions qui pèsent sur Téhéran.

Le refus de Trump de « certifier » l’accord ouvre une période de grande incertitude, donnant au Congrès américain 60 jours pour réimposer – ou non – les lourdes sanctions économiques contre Téhéran qu’il avait levées en 2016 comme le prévoyait le texte.

Peu après le discours de Trump, le président iranien Hassan Rouhani avait condamné les « insultes » et « accusations sans fondements » proférées selon lui par la président américain.