Des responsables des renseignements américains ont prévenu leurs homologues israéliens que les relations du président américain élu Donald Trump avec la Russie pourraient poser une menace sécuritaire, puisque des informations transmises à son administration pourraient atteindre Moscou, puis être transférées à Téhéran, a annoncé jeudi un quotidien israélien.

Lors d’une récente rencontre entre les communautés du renseignement israélienne et américaine, les Américains ont également annoncé que la Russie disposait d’un moyen de pression sur Donald Trump, sans toutefois le préciser, a affirmé le quotidien Yedioth Ahronoth. Le journal citait des responsables israéliens anonymes présents à la rencontre.

L’article ne précise pas quand ni où a eu lieu cette réunion, ni les personnes présentes. Aucune des affirmations du journal n’a été confirmée.

Israël et les Etats-Unis travaillent depuis longtemps ensemble dans le domaine des renseignements. Cette relation s’est accrue dans les années 2000 et a culminé en 2008, avec un accord officiel de coopération totale et de partage des sources d’informations.

La candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton après avoir été battue par Donald Trump, à New York, le 9 novembre 2016. (Crédit : Jewel Samad/AFP)

La candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton après avoir été battue par Donald Trump, à New York, le 9 novembre 2016. (Crédit : Jewel Samad/AFP)

Des représentants des Nations unies ont également dit aux Israéliens qu’ils possédaient des informations fiables « aux plus hauts niveaux » selon lesquelles des agents russes étaient responsables du piratage de plusieurs boîtes mails du Parti démocrate et de membres du parti pendant les élections américaines de l’année dernière. La publication de certains de ces e-mails aurait nui à la candidate démocrate Hillary Clinton.

Pendant la réunion, les Américains ont indiqué qu’Israël devrait être prudent dans son partage d’informations avec la Maison Blanche ou la NSA après le 20 janvier, le jour d’arrivée au pouvoir de Trump. Et ce, jusqu’à ce que la nouvelle administration se soit montrée insoupçonnable dans ses relations avec la Russie, allié proche de l’ennemi régional d’Israël, l’Iran.

L’article du Yedioth est paru au lendemain de la publication par plusieurs médias d’un dossier montrant que les conseillers de Trump étaient de connivence avec la Russie avant les élections, et que Moscou détenait des informations compromettantes, de nature sexuelle, sur Trump. Le futur président a catégoriquement démenti ces accusations.