WASHINGTON – Le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump a déclaré mercredi que s’il était élu président, il serait « neutre » sur le conflit israélo-palestinien.

Après avoir été interrogé par un électeur à Charleston, en Caroline du Sud, pendant un évènement à la mairie organisé par MSNBC sur les mesures qu’il prendrait pour négocier un accord entre les deux parties du conflit, le prétendent républicain a promis de donner « un super coup d’essai » et a considéré qu’il s’agissait « probablement de l’accord le plus dur à conclure ».

Mais pressé par le présentateur Joe Scarborough pour savoir s’il attribuait la faute de l’échec à conclure un accord à long terme aux Israéliens ou aux Palestiniens, Trump n’a pas voulu prendre parti.

« Vous savez, je ne veux pas rentrer là-dedans, parce que… Si je gagne, je ne veux pas être en position où je vous le dirai et que l’autre côté dit maintenant ‘Nous ne voulons pas que Trump s’implique’ », a déclaré Trump.

« Laissez moi être un sorte de type neutre, a-t-il continué. Beaucoup de personnes ont disparu dans les flammes en essayant de conclure cet accord. Alors je ne veux dire de qui est-ce la faute. Je ne pense pas que ça aide. »

Trump a également exprimé son scepticisme sur la possibilité de réussir une solution à deux états, étant donné les conditions du conflit et le besoin pour tout accord d’être durable.

« Il est possible que ce ne soit pas faisable, parce que n’oubliez pas qu’il doit durer – c’est merveilleux de le faire, et ça ne marche pas, mais ça doit durer, a-t-il déclaré. Faire une paix durable là-bas ? Probablement l’accord le plus dur de tous, mais je vais lui donner une chance. »

Bien qu’il ne lui ait pas été directement demandé ce qu’il considérait comme étant les obstacles les plus importants à un accord de paix, il a suggéré que les hostilités croissantes entre les deux peuples contribuaient à l’impasse actuelle, et ce qu’il considère comme la racine du conflit.

« Beaucoup de gens disent qu’un accord ne peut pas être passé, ce qui est OK. Je veux dire, parfois des accords ne peuvent pas être faits. Pas terrible, mais, vous savez, vous avez vraiment deux côtés, mais un côté en particulier, grandit et apprend que ce sont les pires personnes, a-t-il déclaré. J’étais avec un très important Israélien l’autre jour. Il dit que c’est impossible, parce que l’autre côté a été formé depuis qu’ils sont enfants à haïr le peuple juif. »

Dans le passé, Trump avait questionné l’engagement d’Israël pour la paix, et dans le même temps suggéré que l’Etat juif n’avait pas de partenaire de négociations chez les Palestiniens. Il a également parlé du Premier ministre Benjamin Netanyahu comme d’un « bon ami ».

Au forum des candidats à la présidentielle organisé par la coalition juive républicaine en décembre 2015, le magnat de l’immobilier avait déclaré : « Je ne sais pas si Israël a l’engagement pour le faire, et je ne sais pas si l’autre côté a l’engagement pour le faire ».

Il avait fait la même remarque dans en entretien avec Associated Press plus tôt dans cette journée : « Beaucoup auront à faire avec Israël et qu’Israël veuille ou pas faire cet accord – qu’Israël veuille ou pas sacrifier certaines choses, avait-il déclaré. Ils pourraient ne pas être [d’accord], et je comprends ça, et je suis d’accord avec ça. Mais alors vous n’allez simplement pas avoir d’accord. »

Les remarques de Trump mercredi sont intervenues quelques heures après un renversement spectaculaire des sondages, voyant Trump chuter derrière le sénateur du Texas Ted Cruz pour la première fois en 31 sondages consécutifs, arrivant à 26 % d’électeurs républicains enregistrés nationalement, deux points derrière Cruz à 28 %.