L’armée israélienne a arrêté dans la nuit de samedi à dimanche 12 suspects en Cisjordanie, dont l’un d’entre eux aurait été actif avec le groupe terroriste Etat islamique.

Le suspect impliqué avec l’EI était l’un des sept suspects qui a jeté des explosifs et des cocktails Molotov sur des civils et sur des forces de sécurité. Il a été arrêté à Hébron avec trois autres personnes, selon le site Ynet.

Les autres suspects auraient été impliqués avec le Hamas et le Jihad islamique.

Les forces de sécurité israéliennes sont sur leurs gardes et tentent de réprimer toute manifestation de soutien pour le groupe terroriste. L’État islamique, qui a réussi à conquérir plusieurs parties de la Syrie et de l’Irak, essaie de prendre pied en Israël et en Cisjordanie. Cependant, la popularité du mouvement semble augmenter parmi la population arabe au milieu de tensions parmi les plus élevées qu’ait connu le pays depuis des années.

10 Israéliens ont été tués dans des attaques terroristes palestiniennes au cours des dernières semaines.

Dernièrement, la police a arrêté 6 Arabes Israéliens pour des graffitis en arabe louant l’EI sur un monument commémoratif pour les soldats druzes de Tsahal le long d’une route située près du village majoritairement druze de Daliyat al-Karmel. L’incident a eu lieu dans la foulée de la mort d’un homme de 22 ans, Arabe israélien, de Kafr Kanna le 15 novembre, tué par un policier.

Le mois dernier, les habitants de Daliyat al-Karmel, au sud de Haïfa, ont découvert quatre graffitis du mot « Daesh » – un acronyme arabe de l’EI – à proximité d’un terrain de football dans la ville.

Dans un incident séparé, les mots « Daesh est sur le chemin » ont été trouvés en arabe à côté d’un drapeau israélien dans le village de Banaa, en Galilée.

Le Shin Bet et la police estiment que, le mois dernier, plus de 30 Arabes israéliens auraient rejoint l’Etat islamique.