Les Forces armées israéliennes ont renforcé leur présence le long de la frontière sur la péninsule du Sinaï, jeudi, après que des dizaines de personnes ont été tuées mercredi dans une vague d’attentats sans précédent menées par le groupe Etat islamique sur les soldats égyptiens.

Pendant ce temps, un ancien conseiller à la sécurité nationale israélienne a averti qu’il y avait une « véritable préoccupation » qu’Ansar Bayt al-Maqdis, le groupe affilié à l’EI, qui a revendiqué jeudi l’assaut massif, puisse tenter d’envahir la bande de Gaza.

Des responsables médicaux et sécuritaires égyptiens ont indiqué qu’au moins 70 personnes, en majorité des soldats, ont été tuées dans les attaques et les affrontements de mercredi, ainsi que des dizaines de djihadistes.

L’armée a annoncé que 17 soldats et 100 combattants avaient été tués. Il n’a pas été immédiatement possible d’expliquer la différence entre les chiffres annoncés par les différents responsables.

En réaction à cette attaque, l’armée israélienne a déployé des troupes supplémentaires et était en état d’alerte élevé le long de la frontière dans le sud, a indiqué Kol Israël mercredi.

L’armée surveille les combats au-delà de la frontière en utilisant des drones, a-t-il ajouté.

Cette décision a été prise un jour après que le ministère de la Défense a fermé les points de passage entre la bande de Gaza et l’Egypte.

Des sources de Tsahal ont indiqué au média que l’armée était préoccupée par la possibilité que les combats puissent déborder en Israël, et a déclaré qu’elle se préparait à toutes les éventualités, y compris l’infiltration par des djihadistes et les tentatives d’enlèvement.

Le major général Giora Eiland (à la retraite), ancien chef de la sécurité nationale, a déclaré qu’il y avait une « véritable préoccupation » que les djihadistes puissent capturer l’enclave côtière, et a exhorté le gouvernement israélien à travailler pour s’assurer le Hamas reste efficace dans son contrôle de la bande de Gaza.

Il a estimé que les djihadistes du Sinaï ne posent aucune menace réelle pour la stabilité de l’Egypte, à la fois en raison de prouesses militaires du Caire et du peuple égyptien qui est assez favorable au gouvernement.

Suite à l’attaque de mercredi matin, des sources égyptiennes ont indiqué aux médias arabes que la situation était à « 100 % sous contrôle » dans la nuit de mercredi. Mais les avions de guerre ont repris les frappes contre les positions de l’EI dans les premières heures jeudi, ont annoncé les responsables de la sécurité.

Selon Sky News Arabic, 23 autres djihadistes – y compris des membres de haut rang du groupe lié à l’EI – ont été tués durant la nuit du mercredi à jeudi.

A Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, un jeune homme de 19 ans a été tué par une roquette perdue qui a frappé sa maison lors des affrontements entre l’armée et les djihadistes.

Des explosions ont été entendues et des colonnes de fumée étaient visibles de la bande de Gaza provenant de la ville voisine de Sheikh Zoweid, ont déclaré des témoins mercredi.

Des avions de combat F-16 ont bombardé les combattants alors qu’ils combattaient les forces de sécurité dans les rues de la ville Sheikh Zoweid après avoir visé des postes de contrôle militaires dans le cadre d’une attaque surprise à l’aube mercredi. Les combattants se sont retirés de Sheikh Zoweid après près de huit heures de combats, ont indiqué les responsables.

Ces attaques violentes sont arrivées deux jours après que procureur Hisham Barakat a été assassiné dans un attentat à la voiture piégé au Caire. C’est le membre officiel de plus haut rang tué dans l’insurrection djihadiste, qui fait rage depuis le renversement de Mohamed Morsi, le président islamiste, par l’armée.

Mercredi également, le gouvernement égyptien a adopté une loi controversée antiterroriste, qui prévoit des peines plus sévères pour les terroristes condamnés et qui vise à cibler les sources de financement des groupes terroristes.

Dans la capitale, la police a tué l’un des principaux membres des Frères musulmans, Nasser al-Houfi, et huit autres membres lors d’un raid dans un appartement, ont annoncé les responsables de la sécurité et un membre du mouvement islamiste.

Les attaques du Sinaï étaient les plus fortes depuis que les djihadistes ont lancé une insurrection en 2013 après l’éviction de Morsi.

Les combattants ont grimpé sur les toits et ont tiré des grenades sur un poste de police à Sheikh Zoweid, après avoir clôturé ses sorties pour bloquer les renforts, a signalé un colonel de la police.

« C’est la guerre », a affirmé un officier militaire de haut rang à l’AFP. « C’est sans précédent, le nombre de terroristes impliqués et le type d’armes qu’ils utilisent ».

Un attentat à la voiture piégée contre un poste de contrôle au sud de Cheikh Zoweid a tué 15 soldats.

Le groupe Etat islamique a déclaré que ses djihadistes ont encerclé le poste de police après avoir lancé des attaques sur 15 postes de contrôle et des installations sécuritaires par attentats à la voiture suicide et roquettes.

Les troupes sont régulièrement visées par des attaques dans le Sinaï, où les djihadistes ont tué des centaines de policiers et de soldats depuis le renversement de Morsi.

L’EI affirmé que l’attaque avait impliqué trois terroristes-suicides. « Dans un raid béni et permis par Dieu, les lions du califat ont simultanément attaqué plus de 15 points de contrôle appartenant à l’armée apostate », s’est-il réjoui dans un communiqué.