Une vidéo montrant des hommes armés du Hamas qui sortent d’un tunnel, infiltrent une base de l’armée israélienne et tuent cinq soldats, prouve qu’Israël est confronté à un ennemi cruel et impitoyable et doit poursuivre l’opération Bordure protectrice jusqu’à la destruction de tous les tunnels restants, ont déclaré des responsables israéliens.

La vidéo (avertissement : contenu choquant), filmée par un des terroristes du Hamas qui a participé à l’attaque de lundi soir sur un poste de l’armée du kibboutz Nahal Oz, a été largement diffusée par les médias arabes et palestiniens.

« Ce sont les gens auxquels nous avons affaire quotidiennement, des terroristes lâches qui ne se soucient pas des vies humaines. Ils sont en mission permanente pour tuer et mutiler, enlever des soldats et des civils israéliens », déclare Maj. Arye Shalicar, porte-parole de Tsahal, au Times of Israel.

« Nous devons nous préparer à ce que cela se reproduise encore et encore autour de la bande de Gaza. Jusqu’à ce que nous trouvions et détruisions chaque tunnel qu’ils ont creusé au cours des dernières années, ces attaques peuvent se produire n’importe quand, n’importe où. »

Pour le député Likoud Danny Danon, la vidéo prouve une fois de plus que Tsahal doit continuer à détruire l’infrastructure des tunnels du Hamas et ne doit pas céder à la pression internationale pour un cessez-le feu avant la fin de la mission. « La vidéo parle d’elle-même », dit-il.

« Il y a deux semaines, le gouvernement a approuvé une proposition de cessez-le feu, mais le Hamas a encore des dizaines de tunnels. Si nous n’avions pas arrêté l’opération il y a deux semaines, ils auraient attaqué des civils et des enfants dans les kibboutzim, au lieu de soldats. »

Danon a été congédié de son poste de vice-ministre de la Défense au début du mois pour ses critiques acerbes de ce qu’il considérait comme une réponse trop hésitante du gouvernement devant les tirs de roquettes du Hamas. « Cette vidéo nous montre la menace qui nous guette : nous avons affaire à une organisation terroriste professionnelle et bien organisée », a-t-il déclaré au Times of Israel.

« Et vous entendez encore des voix disant que nous devons mettre fin à l’opération terrestre. Mais nous ne pouvons arrêter tant que nous savons qu’ils ont encore des tunnels, et la capacité d’en construire plus. Si nous ne détruisons pas leur infrastructure terroriste, nous retrouver avec plus de tunnels et d’attaques comme celle que nous voyons dans la vidéo n’est qu’une question de temps. »

Le vice-ministre des Affaires étrangères Tzachi Hanegbi a reconnu que, si le gouvernement israélien était au courant de l’existence des tunnels du Hamas, il pouvait avoir sous-estimé la volonté de l’organisation de les utiliser pour mener des attentats violents.

« Parfois, on a dû mal à comprendre qu’ils n’ont pas besoin de justification rationnelle. Ils pensent qu’en tuant, massacrant, charcutant leur ennemi, ils atteindront leurs objectifs », explique-t-il. « Peut-être n’avons-nous pas saisi, comme nous l’aurions dû, que ces tunnels seront utilisés pour ces atrocités ».

Plus généralement, Hanegbi avance qu’Israël se trouve dans une impasse du fait que sa manière de faire la guerre avec retenue est interprétée par le Hamas et les autres groupes terroristes islamiques comme une faiblesse, qui invite à des attaques encore plus cruelles.

« Quand nous montrons de la retenue, l’autre côté… traduit tout type de modération, tout bon sens, comme un signe de faiblesse, comme un symptôme qu’Israël n’est pas vraiment déterminé à se défendre », dit-il.

« En Occident, où la pensée est plus rationnelle, le compromis fait partie de votre culture et de votre vie. Malheureusement, pour les fondamentalistes, les organisations zélées, ces manifestations de normalité, de réalisme, de pragmatisme, de modération, sont interprétées comme un signe de faiblesse. Et quand vous voyez que votre ennemi est faible, vous foncez et essayez de lui faire encore plus de tort ».

Un terroriste du Hamas a été tué dans l’attaque contre le poste de Tsahal. La branche armée du Hamas, les Brigades Izz ad-Din al-Qassam, s’est vantée d’un raid « derrière les lignes ennemies », affirmant qu’elle a tué dix soldats israéliens, et niant des pertes de son côté. Elle a annoncé avoir essayé sans succès de kidnapper un soldat israélien, et saisi une arme à feu.

Yifa Yaakov et l’AFP ont contribué à cet article.