Un professeur de droit franco-palestinien arrêté fin septembre par l’armée israélienne qui l’accusait de propagande en faveur du Hamas a été libéré mardi, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Raëd Abubadawia, 41 ans, a recouvré la liberté peu avant de passer devant un tribunal militaire, a indiqué cette source sous couvert de l’anonymat. On ignore les raisons pour lesquelles sa comparution a été annulée et si toutes les charges ont été abandonnées contre lui.

Raëd Abubadawia avait été arrêté chez lui le 21 septembre selon son épouse, soupçonné de diffuser des idées du Hamas auprès de ses étudiants à l’Université nationale Al-Najah de Naplouse, en Cisjordanie.

Depuis mi-juin et l’enlèvement puis l’assassinat de trois adolescents israéliens en Cisjordanie, Israël a procédé à des centaines d’arrestations à travers le territoire palestinien.

Israël, mais aussi les Etats-Unis et l’Union européenne considèrent l’organisation islamiste radicale du Hamas comme terroriste. Il vient de lui faire la guerre dans la bande de Gaza en juillet et en août.

Diplômé du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Paris, Abubadawia a trois filles âgées de trois à neuf ans, issues d’un premier mariage et vivant en France.