L’armée a commencé à percer des trous dans le sol aux alentours de la frontière du nord pour chercher des tunnels qui auraient été forés par les hommes du Hezbollah dans le but de mener des attaques contre les citoyens israéliens et les soldats. Cette opération a été interrompue quelques heures lors de l’attaque transfrontalière du Hezbollah sur une patrouille israélienne.

Les responsables de la défense israélienne ont insisté sur le fait que l’opération dans le petit village de Zarit n’a pas été motivée par des renseignements sur une menace existante. Elle a été mise en place dans le but de rassurer les résidents locaux et leur montrer que la frontière était sécurisée, indique Israel Radio.

L’armée a utilisé des machineries lourdes pour forer le sol, toujours selon Israel Radio, mais aucun tunnel n’a été découvert pour le moment.

Le mois dernier, les résidents de Zarit avaient annoncé qu’ils avaient l’intention de creuser dans la région car ils étaient persuadés qu’il y avait des tunnels transfrontaliers.

Une fois l’existence des tunnels avérée, ils comptaient ensuite collaborer avec l’armée israélienne, indique le site NRG. Les résidents du nord avaient commencé à s’inquiéter de la possibilité que les combattants du Hezbollah puissent creuser des tunnels transfrontaliers suite à la découverte des tunnels du Hamas dans le sud cet été.

Près de 30 tunnels ont été détruits pendant la guerre de 50 jours de cet été entre Israël et le Hamas. Onze soldats avaient été tués en Israël par des hommes armés qui sortaient de ces tunnels.

Les résidents de Zarit avaient envoyé des courriers à l’armée israélienne ces derniers mois pour demander qu’elle prenne des mesures car ils entendaient continuellement des bruits de forage et étaient « certains » que les tunnels du Hezbollah existaient.

L’armée, pour sa part, a, à maintes reprises, expliqué qu’elle n’avait pas connaissance de l’existence de tunnels transfrontaliers entre le Liban et Israël. Mardi, un haut responsable de la défense a accepté, sous couvert d’anonymat, de réitérer la position de l’armée, selon Ynet.