L’armée israélienne a entrepris durant la nuit des mesures pour préparer la démolition de la maison de la famille d’un Palestinien qui avait attaqué la semaine dernière un garde de sécurité avec une hache dans l’implantation de Maale Adumim, bien qu’il ait été livré par un proche parent, a déclaré l’armée jeudi.

Saadi Ali Abu Ahmad a été arrêté samedi après qu’un de ses proches ait appelé la police plus tôt dans la nuit et ait déclaré que le suspect se trouvait avec lui et était prêt à se rendre après avoir attaqué et grièvement blessé Tzvika Cohen.

Des policiers ont estimé que le proche a peut-être livré Abu Ahmad pour éviter la démolition de la maison familiale du terroriste presumé, a rapporté le journal israélien Yedioth Ahronoth.

L’armée a dit avoir pris les mesures de la maison d’Abu Ahmad, qui a environ 20 ans, dans le village d’al-Eizariya adjacent à Maale Adumim. Abu Ahmad possédait un permis pour travailler dans les implantations israéliennes, selon le Shin Bet, et selon certaines sources pouvait avoir connu sa victime.

Il a avoué avoir perpétré l’attaque de vendredi, qui a laissé Cohen dans un état critique, a déclaré dimanche le Shin Bet dans un communiqué.

Le mois dernier, le procureur général Avichai Mandelblit avait insisté pour qu’Israël épargne la maison de la famille de Shadi Ahmad Matua d’Hebron – accusé d’avoir tué le rabbin Isaac Litman, 40 ans, et son fils de 18 ans, Netanel, lors d’une attaque à l’arme à feu en novembre – parce que le père du tireur l’avait livré au Shin Bet.

Les amis et la famille assistent aux funérailles du rabbin Yaacov Litman, 40 ans, et son fils Netanel, 18 ans, à Jérusalem le 14 novembre 2015 (Crédit photo : Yonatan Sindel / Flash90)

Les amis et la famille assistent aux funérailles du rabbin Yaacov Litman, 40 ans, et son fils Netanel, 18 ans, à Jérusalem le 14 novembre 2015 (Crédit photo : Yonatan Sindel / Flash90)

La pratique de démolition de maisons a été critiquée par diverses organiastions internationales comme une forme de punition collective. Certains critiques affirment que les démolitions de maisons risquent même d’inciter les membres de la famille des terroristes à lancer elles-mêmes des attaques.

Cependant la Cour suprême a rejeté à plusieurs reprises ces arguments et a accepté l’opinion des services de sécurité selon laquelle les démolitions de maisons sont une mesure dissuasive efficace.

Tsahal a également cartographié les maisons de Labib Azzam et Mohammed Zaghlwan dans le village de Qaryut en Cisjordanie, à l’est de Ramallah, afin de préparer pour leur démolition, a déclaré l’armée.

Les deux terrorsites, âgés de 17 ans, ont été abattus mercredi matin lors d’un attaque dans l’implantation voisine d’Eli. La victime, Roee Harel, avait été battue et poignardée avec un couteau à son domicile et évacuée à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem avec des blessures légères.

Roee Harel, victime de l'attaque à Eli,  à l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem le 2 mars 2016 (Crédit photo: Yonatan Sindel/Flash90)

Roee Harel, victime de l’attaque à Eli, à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem le 2 mars 2016 (Crédit photo: Yonatan Sindel/Flash90)

29 Israéliens et 3 ressortissants étrangers ont été tués dans une vague de terrorisme et de violence palestinienne depuis le mois d’octobre. Quelque 170 Palestiniens ont également été tués, environ deux tiers d’entre eux en attaquant des Israéliens, et le reste lors d’affrontements avec des soldats, selon l’armée israélienne.

Les maisons de 12 terroristes palestiniens ont été détruites depuis le début de l’actuelle vague de violence, conformément avec les décisions de la Cour suprême.

Raphael Ahren et Stuart Winer ont contribué à cet article.