La chambre locale du Haut-conseil électoral (YSK) a refusé vendredi de recompter les voix dans l’élection municipale d’Ankara, où l’opposition conteste la victoire attribuée au parti du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, ont rapporté les médias turcs.

Le candidat battu du Parti républicain du peuple (CHP) dans la capitale, Mansur Yavas, a immédiatement annoncé sur Twitter qu’il faisait appel de cette décision. « La procédure se poursuit », a assuré M. Yavas.

Le CHP avait déposé mardi une requête devant le YSK en dénonçant des irrégularités dans l’élection à Ankara, où le maire sortant Melih Gökçek, candidat du Parti de la justice et du développement (AKP) a remporté de justesse un cinquième mandat.

La police est intervenue mardi avec des canons à eau pour disperser quelque 2.000 manifestants proches de l’opposition qui s’étaient réunis devant le siège du Haut-conseil électoral pour appuyer cette demande.

MM. Yavas et Gökçek ont successivement proclamé leur victoire dimanche soir dans la confusion et un climat tendu alimenté par les accusations de fraude, qui ont inondé les réseaux sociaux, et des pannes d’électricité pendant le dépouillement.

Le candidat du CHP à Istanbul Mustafa Sarigül, nettement battu dimanche par le maire sortant de l’AKP Kadir Topbas, a lui aussi remis en cause les résultats du scrutin dans la mégapole de 15 millions d’habitants.

Le YSK a toutefois validé les résultats de l’élection à Istanbul jeudi.

Malgré de graves accusations de corruption, M. Erdogan a remporté haut-la-main les élections municipales du 30 mars, s’ouvrant ainsi les portes d’une candidature à la présidentielle d’août, disputée pour la première fois au suffrage universel direct.