Si les pourparlers de paix israélo-palestiniens échouent, Israël sera soumis à l’isolement international semblable à celui que l’Afrique du Sud a connu pendant l’apartheid, a averti samedi 18 janvier, la ministre de la Justice Tzipi Livni, en charge des négociations entre Israël et les Palestiniens.

« Le monde ne comprend pas les colonies, » a-t-elle déclaré dans une interview donnée à Channel 2. « Les négociations de paix sont le mur qui arrêtera la vague [de la pression internationale de boycott]. S’il y a une crise [dans les négociations, cette vague] passera dessus », souligne-t-elle.

Interrogée pour savoir si Israël se retrouve devant le même genre d’isolement que l’Afrique du Sud, elle répond : « Oui. » En raison des dangers liés à l’éventuel arrêt des pourparlers, Tzipi Livni déclare : « Je crie, « Réveillez-vous ! » »

Les négociations de paix ont repris en juillet dernier, mais n’ont pas apporté de progrès. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui arbitre les négociations, semble avoir abandonné son objectif de parvenir à un accord de paix en avril prochain.

Tzipi Livni addressing the Knesset earlier this year (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)

Tzipi Livni, s’adressant à la Knesset, en mars 2012 (Crédit : Flash 90)

En effet, celui-ci tente d’entretenir ces négociations en incluant l’ensemble des questions clés autour d’un accord plus général.

Vendredi 17 janvier, un reportage télévisé montre que les Palestiniens sont susceptibles de rejeter l’accord et d’accuser Israël de cet abandon des négociations.

Ils chercheraient aussi à lancer une guerre diplomatique et juridique à l’encontre du pays et ce, dans tous les forums internationaux existants.

Tzipi Livni a ajouté lors de son interview télévisée que si elle les respectait, elle n’était pas d’accord avec les défenseurs de l’idéologie du « Grand Israël » qui sont enclins à étendre lesimplantations en Cisjordanie – « Ne nous imposez pas cet isolement », leur a-t-elle adressé.

Constructions dans le quartier Har Homa (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash 90)

Constructions dans le quartier Har Homa (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash 90)

Chaque annonce de projets de colonisation et chaque nouveau bâtiment érigé dans une colonie isolée « est une autre brique dans le mur qu’est l’isolement qui se construit autour de nous », a-t-elle ajouté.

Tzipi Livni est la dirigeante du parti centre-gauche, Hatnua. La plupart des députés de la Knesset qui appartiennent à l’alliance politique Likoud-Beytenou, accompagnés des députés du parti nationaliste-orthodoxe HaBayit HaYehudi, sont activement engagés dans l’expansion des colonies.

Les dirigeants de HaBayit HaYehudi veulent également annexer d’importantes parties de la Cisjordanie.

En effet, le gouvernement israélien a annoncé la semaine dernière son intention de construire 1 400 nouveaux logements à Jérusalem-Est ainsi que dans certaines colonies de Cisjordanie – ce qui a suscité de nombreuses critiques de la part des États-Unis et de l’Europe.

Matthew Gould , ambassadeur britanique en Israël (Crédit CC.BY UKinIsrael. Wikimedia Commons)

Matthew Gould , ambassadeur britanique en Israël (Crédit CC.BY UKinIsrael/Wikimedia Commons)

Plusieurs ambassadeurs israéliens en exercice en Europe ont été convoqués par leurs pays d’accueil, pour manifester leur désaccord vis-à-vis de ces nouveaux plans de construction.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman a, à son tour, convoqué les ambassadeurs de ces pays en Israël, pour contester leurs critiques.

L’ambassadeur de l’Union européenne en Israël, Lars Faaborg-Anderson, a déclaré à Channel 2 que « si la colonisation continue à se développer, Israël devra faire face à un isolement croissant. »

L’ambassadeur de Grande-Bretagne en Israël, Matthew Gould, a déclaré quant à lui qu’Israël était  « en train de perdre le soutien » de la communauté internationale.

« Je crains que dans cinq ans, Israël ne se réveille et constate qu’il n’a pas assez d’amis. »

Le procureur Daniel Reisner, du cabinet d’avocats de Tel-Aviv Herzog, Fox & Neeman, témoigne à son tour de son inquiétude lorsque des entreprises israéliennes font de plus en plus appel à lui pour résoudre des situations conflictuelles – telles que des annulations de contrats, des conflits avec les comités généraux d’entreprises internationales, des investissements perdus et toutes sortes d’autres boycotts.

Cette situation critique s’explique par les pressions de la communauté internationale opposée à la présence d’Israël en Cisjordanie.

Pour sa part, le ministre délégué aux Affaires étrangères Zeev Elkin (Likoud), fervent partisan de l’expansion des colonies, décrit la situation comme « une guerre de propagande », que « nous sommes certainement en train de perdre à l’heure actuelle. » Avant de conclure : « Si nous perdons, cela va nous coûter cher. »